DPC-Banniere-2017


 FAISONS LE POINT SUR L'ENDODONTIE EN 2017



L’ADF, premier organisme de formation continue, vous propose un cycle de Développement Professionnel continu (DPC) en ligne, qui vous permet de valider votre obligation de DPC en 7 heures de formation à distance de chez vous ou de votre cabinet, depuis votre ordinateur, votre tablette ou votre smartphone.  

Objectif principal de cette session de printemps : faire le point sur les nouvelles techniques et approches thérapeutiques en insistant sur l'importance de la prise de décision. 
 


— un thème, une équipe > VOIR LE PROGRAMME

— sept phases > VOIR LE PLANNING


 

2 VIDÉOS

3 T'CHATS EN DIRECT 

›  J'imprime les infos
›  Je lis les conditions générales d'inscription 
Les inscriptions sont closes*
* Frais d'inscription : 392 €
Clôture des inscriptions le 17 mars 2017
 


fleche-droite  Un thème, une équipe - L'endodontie aujourd'hui

Pour répondre aux attentes des omnipraticiens qui effectuent, à travers le monde, la majorité des traitements endodontiques, les procédures ont été simplifiées sans compromis sur les objectifs à atteindre. Nous avons ainsi assisté à l’avènement des techniques de mise en forme mono-instrumentales associées à une technique simplifiée d’obturation avec des matériaux de la famille des biocéramiques. Si l’endodontie est en perpétuelle évolution, les principes biologiques restent les mêmes. Mais les principes mécaniques sont progressivement revus grâce au développement des matériaux, des dispositifs et des moyens thérapeutiques utilisés. Nous vous proposons de faire ensemble le point sur cette discipline en 2017.

Sous la responsabilité scientifique de Stéphane Simon, les conférenciers présenteront et répondront en direct à vos questions sur le diagnostic et la prise de décision en endodontie, l’indication de coiffage pulpaire, l’indication du traitement canalaire, la simplification des procédures opératoires.
 

 Simon 300

Stéphane Simon

Stéphane Simon
Diagnostic en endodontie et prise de décision thérapeutique

En endodontie, le problème du diagnostic est primordial car il nous conduit, en tant que praticien à prendre dans un premier temps la décision de conservation de la dent concernée, et dans un second temps de décider du traitement à mettre en œuvre.
L’absence de corrélation entre la symptomatologie clinique et la réalité histo-pathologique, réduit considérablement la fiabilité de nos tests dits de vitalité, thermiques ou électriques, et leur valeur reste relative.
Au cours de cette présentation, nous aborderons les principes de base mais également élaborés d’une démarche diagnostique raisonnée en endodontie. Nous développerons et comparerons entre eux les différents « outils » à notre disposition, et proposerons une indication d’utilisation en nous appuyant sur les recommandations de différentes sociétés scientifiques, françaises et internationales.
Enfin, nous aborderons le problème de la prise de décision thérapeutique qui, face à un même diagnostic, peut différer en fonction de plusieurs facteurs.


 Julie Rozé

Julie Rozé

Julie Rozé 
Pourquoi et comment conserver la pulpe ?

Face à une exposition pulpaire, le praticien est souvent confronté à un dilemme : peut-il tenter de conserver la pulpe vivante par un coiffage pulpaire ou doit-il la condamner d’emblée en réalisant la biopulpectomie ? Beaucoup de réticences sont liées à la crainte de devoir faire face à un échec de la thérapeutique de maintien de la vitalité pulpaire. Or, préserver la vitalité pulpaire présente de nombreux intérêts. Mais quels éléments cliniques doit-on prendre en considération pour décider de la thérapeutique ? De quels moyens disposons-nous pour évaluer l’état inflammatoire de la pulpe ? Comment mettre en œuvre ces thérapeutiques ? Quels taux de succès peut-on en attendre ? Lors de ce tchat en direct, nous répondrons à toutes vos questions sur les thérapeutiques de maintien de la vitalité pulpaire


Anne Claisse

Anne Claisse

Anne Claisse
Et si maintenant on pouvait aussi simplifier l'obturation ? 

L’obturation canalaire vise à maintenir la désinfection obtenue à l’issue de la préparation grâce à un scellement le plus étanche possible de l’ensemble du système canalaire. Le matériau d’obturation de référence est la gutta percha qui représente le corps de l’obturation mais elle n’adhère pas à la dentine. Elle doit donc être associée à un ciment d’obturation canalaire qui assure le joint mais il a tendance à se rétracter et à se désagréger au fil du temps.

Les techniques de compactage de la gutta font références. Elles permettent d’obtenir une obturation tridimensionnelle en réduisant au maximum le volume du ciment canalaire, au profit du matériau d’obturation. Elles peuvent cependant rebuter les praticiens car elles imposent des évasements coronaires importants, elles sont chronophages et opérateurs dépendants.

La technique monocône est séduisante car rapide et simple à mettre en œuvre. Cependant, l’ajustage aléatoire du cône de gutta et les piètres propriétés des ciments d’obturation classiques en font une méthode peu recommandable.

Cependant, les sealers biocéramiques présentent de nombreuses qualités qui permettent de compenser les défauts inhérents à la technique monocône classique et d’éviter les problèmes liés à la mise en œuvre de gutta compactée. Ils peuvent être considérés comme de véritables matériaux d’obturation et non plus comme des ciments canalaires. Ils pourraient permettre de simplifier l’obturation canalaire en remettant à l’ordre du jour la technique du mono cône scellé. L’utilisation de cônes de gutta, choisis et ajustés en fonction de la conicité du canal, du diamètre apical de la préparation et de la longueur de travail, reste cependant nécessaire afin de faciliter la diffusion du matériau dans l’ensemble du système endodontique et de servir de guide en cas de retraitement.


Willy Pertot

Wilhelm-Joseph Pertot 

Wilhelm-Joseph Pertot
Lime de préparation mécanisée en endodontie 

Par une description des différentes évolutions techniques à travers une analyse critique des systèmes proposés, l’objectif est de répondre aux interrogations sur les différentes étapes de la mise en forme canalaire : quel est le rôle de l'exploration initiale et comment la pratiquer dans les cas simples et complexes, quand et comment déterminer la longueur de travail, pourquoi est-il nécessaire de sécuriser cette dernière lors du pré élargissement, quelle technique pour cela et enfin comment effectuer une mise en forme fiable ?

 


fleche-droite  Sept phases

 

Phase 1 9 - 23 mars Questionnaire initial d'auto-évaluation des pratiques à compléter
Phase 2 24 mars - 6 avril 

Préparation du t'chat du 6 avril 

2 conférences à regarder (Diagnostic en endodontie et prise de décision thérapeutique et Pourquoi et comment conserver la pulpe ?), avec la possibilité de poser des questions auxquelles les intervenants répondront lors du t'chat 
Phase 3 6 avril  T'chat à suivre en direct de 20h à 21h 
Diagnostic et prise de décision en endodontie : de l'indication de coiffage pulpaire à celle du traitement canalaire
avec Stéphane Simon et Julie Rozé,
animé par Stéphane Simon
7 avril

Réception des plans d'action personnalisés 

Phase 4 13 - 27 avril

Préparation du t'chat du 27 avril 

2 conférences à regarder (Et si maintenant on pouvait aussi simplifier l'obturation ? et Lime de préparation mécanisée en endodontie), avec la possibilité de poser des questions auxquelles les intervenants répondront lors du t'chat 

Phase 5 27 avril T'chat à suivre en direct de 20h à 21h
La simplification des procédures opératoires, de la mise en forme à l'obturation
avec Anne Claisse et Wilhelm-Joseph Pertot,
animé par Stéphane Simon
28 avril 

Réception des plans d'action personnalisés 

Phase 6 11 mai  T'chat à suivre en direct de 20h à 21h 
Synthèse avec l'ensemble des intervenants 
Phase 7 22 mai - 5 juin  Questionnaire final d'auto-évaluation des pratiques à compléter


dernière mise à jour : 20 mars 2017

 

imprimer