Bandeau tdio

TDIO

Commission informatique de l'ADF

Délivrer aux éditeurs de logiciels de gestion de cabinet un agrément garantissant des fonctionnalités indispensables à notre pratique, voici quel a été l’objectif prioritaire de la commission Informatique au cours de l’exercice passé.

Depuis l’apparition, dans les années 80, de l’informatique dans nos cabinets dentaires, l’ADF s’est toujours intéressée aux progrès informatiques. Elle s’est ainsi appliquée à suivre et aider les utilisateurs à faire face aux difficultés qu’ils pouvaient rencontrer :
- respect des multiples réglementations liées à l’exercice professionnel ou à l’utilisation d’un matériel informatique ;
- relations entre les éditeurs de logiciels dentaires et les chirurgiens-dentistes.

La norme TDIO

C’est à cette fin que l’ADF a soutenu, au début des années 90, le DSIO : un agrément donné aux logiciels dentaires offrant aux praticiens l’opportunité de changer de logiciel tout en conservant les données essentielles générées avec le précédent. Mais, l’évolution des programmes informatiques et leurs nouvelles fonctionnalités ont démontré les limites du DSIO. C’est pourquoi, la commission Informatique de l’ADF a établi un cahier des charges pour permettre d’agréer des fonctionnalités essentielles : l’importation et l’exportation de données d'un logiciel à un autre sans perte de données.
C’est ainsi qu’est née la marque "Transfert des données informatiques en odontologie" (TDIO).
Cette marque a pour objet de certifier  tous les logiciels de gestion de cabinet dentaire, quel que soit leur éditeur.
Cet agrément garantira :
- à chaque utilisateur d’un logiciel TDIO à jour, de pouvoir, notamment, transférer un certain nombre de données vers un autre logiciel TDIO ou un prestataire extérieur ;
- à chaque praticien, la possibilité de rester propriétaire de ses données, de ses dossiers patients et comptables ;
Une déclinaison licence de logiciel et maintenance assurera des droits et des devoirs équilibrés entre les éditeurs de logiciels ou leurs distributeurs et les praticiens.

Un concept plus performant

Ce TDIO se veut également prospectif. Les chirurgiens-dentistes ne sont pas à l’abri de perdre leurs dossiers imageries(radiographies). Une évolution « imagerie», imposant un standard universel pour ces fichiers, est prévue pour endiguer le problème. Il nous faudra quelques années pour imposer ce standard, mais l’environnement règlementaire du cabinet dentaire (relation interprofessionnelle, DMP) en précipitera peut-être le besoin.
Les premières demandes d’agrément sont actuellement à l'étude.

imprimer