DPC en ligne ADF 2019 - Digital work flou ? Comprendre et oser la transition numérique 

DPC en ligne ADF

1ère session 2019 - du 7 mars au 4 avril 

L’ADF vous propose un cycle de Développement Professionnel continu (DPC) en ligne, qui vous permet de valider votre obligation de DPC en 5 heures de formation à distance de chez vous ou de votre cabinet, depuis votre ordinateur, votre tablette ou votre smartphone.


DIGITAL WORK-FLOU  ? COMPRENDRE ET OSER LA TRANSITION NUMÉRIQUE 



//*** Objectif de cette formation ***// 

Permettre aux praticiens d’actualiser leurs connaissances en matière d’utilisation du numérique, notamment dans la planification et la mise en œuvre des traitements restaurateurs et prothétiques. 

L’accent sera mis sur l'intégration d'une caméra d'empreinte optique au cabinet en présentant les expériences d'intervenants issus de différentes spécialités et ayant des reculs variant de 6 mois à une dizaine d'années. L'objectif est de démystifier le passage au numérique et de montrer en quoi il permet d'être plus efficace au quotidien.

— un thème, une équipe > VOIR LE PROGRAMME

— cinq phases > VOIR LE PLANNING

2 VIDEOS
1 T'CHAT EN DIRECT
›  J'imprime les infos
›  Je lis les conditions générales d'inscription
> Je m'inscris*
* Frais d'inscription : 280 €
Clôture des inscriptions le 6 mars 2019

fleche-droite  Un thème, une équipe − Le développement de l'outil numérique dans son orientation thérapeutique


La transition numérique, c’est-à-dire l’intégration des technologies digitales afin d’améliorer notre activité, n’est pas un processus nouveau. Depuis une vingtaine d’années, les cabinets dentaires ont dans leur quasi-totalité intégré l’usage de la radiographie numérique, des logiciels de gestion des dossiers et des emplois du temps ou encore la communication par courriers électroniques. Les progrès réalisés plus récemment (empreintes optiques en couleurs, superposition de fichiers DICOM et STL, logiciels de planification implantaire…) permettent aujourd’hui d’intégrer ces technologies numériques à de nombreuses étapes cliniques de notre activité : diagnostic, décision, planification ou encore mise en œuvre de traitements restaurateurs.

 Martin Brient

Martin Brient

Autour de Martin Brient (omnipraticien, Paris), responsable scientifique de la formation, Laurent Tapie (MCU Paris Descartes), Florent Trévelo (omnipraticien, Paris), Julien Montenero (prothésiste, Paris), Christine Muller (ODF, Paris) et Josselin Lethuillier (parodontologie-implantologie, Saint Clément de Rivière) — cinq intervenants aux profils très différents et aux expériences en odontologie numérique variées — expliqueront leur transition numérique, pour répondre à toutes les questions qui peuvent se poser autour de cette transformation de votre activité.

Ils vous permettront ainsi de : comprendre ce qu’est une chaine numérique, évaluer votre situation et vos besoins du point de vue de la transition numérique, appréhender les changements à apporter à votre pratique clinique pour intégrer une caméra d’empreinte numérique, bien choisir votre caméra d’empreinte numérique, prendre conscience de la courbe d’apprentissage à venir, imaginer les évolutions de votre pratique pour les dix prochaines années...

Chaque intervenant abordera plus particulièrement un aspect spécifique de la transition numérique :

Laurent Tapie 

Laurent Tapie


Laurent Tapie
Transition numérique : de quoi parle-t-on ?

Tous les cabinets dentaires sont déjà équipés d’ordinateurs pour gérer les agendas et les dossiers des patients. La plupart de ces cabinets est équipé de dispositifs de radios numériques depuis plusieurs années. Une grande majorité des praticiens effectue des télétransmissions de feuilles de soins électroniques… Alors, pourquoi parler de transition numérique aujourd’hui ? Qu’entend-on par transition numérique au cabinet dentaire, par dentisterie numérique ? Qu’est-ce que ce flux numérique dont on va parler pendant cette séance ? L’acquisition d’une caméra d’empreinte optique serait le premier pas de cette transition. Est-ce une étape indispensable ? Dans certaines situations, à l’instar de Monsieur Jourdain, ne fait-on pas déjà de la dentisterie numérique sans le savoir (et sans empreinte optique) ? Y a-t-il d’autres domaines que l’odontologie restauratrice et la prothèse conjointe qui sont concernés ou qui pourraient l’être dans un futur proche ?

Florent Trevelo

Florent Trévelo


Florent Trévelo
Les premiers pas de l'omnipraticien : restauratrice et prothèse conjointe 

Une caméra intra-orale d’empreinte optique, oui, mais pour faire quoi ? Et avec quelle courbe d’apprentissage ? Est-ce qu’on peut mettre les matériaux d’empreinte à la poubelle ? Juste une caméra ? Et l’usinage au cabinet ? Avec un prothésiste ? Le même ?

Julien Montenero

Julien Montenero


Julien Montenero
Et pour le prothésiste, qu'est-ce que ça change ?


Depuis combien de temps le numérique existe-t-il au laboratoire ? Est-il indispensable ? Est-il généralisé ? Et alors, la transition au cabinet, se fait-elle avec le même prothésiste ? Les empreintes numériques sont-elles plus précises ? Plus fiables ? Comment les traite-t-on ? Format STL ? Quel logiciel de CAO ? Et pour mettre en oeuvre quels matériaux ? Usinage ? Impression 3D ?

 

Chritine Muller

Christine Muller


Christine Muller
Numérique et orthodontie : les premiers pas d'une blonde

À quelle courbe d'apprentissage faut-il s'attendre lors de sa transition numérique ? Combien de temps pour ne plus perdre du temps (par rapport aux techniques traditionnelles) ? Qu'est-ce que le numérique permet de simplifier ? Quelles nouvelles choses permet-il de faire ? Est-ce que le numérique modifie la façon de communiquer avec les autres intervenants du traitement (patients, correspondants, prothésistes) ?

Josselin Lethuillier

Josselin Lethuillier


Josselin Lethuillier
Le numérique et l'implantologie : quels progrès  ? 

Le numérique apporte-t--il une plus grande précision ? Guide chirurgical ou navigation chirurgicale ? Un gain de temps ? Implantation et/ou mise en charge immédiates ? Une meilleure prévisibilité du résultat esthétique ? Une diminution des couts ?


fleche-droite Un DPC en ligne en cinq phases


 

Phase 1 7-13 mars  Questionnaire initial d'auto-évaluation à compléter (30 min)
Phase 2 14-20 mars 

1ère vidéo préparatoire (1h30)
L'apport du numérique pour l'omnipraticien et le prothésiste

Laurent Tapie, Florent Trévelo et Julien Montenero partagent leurs expériences.
Possibilité de poser des questions auxquelles les intervenants répondront lors du t'chat 
Phase 3 21-28 mars

2e vidéo préparatoire à regarder (1h30)
L'apport du numérique en ODF et en implantologie

Christine Muller et Josselin Lethuillier expliquent leur transition numérique. 
Possibilité de poser des questions auxquelles les intervenants répondront lors du t'chat 

 Phase 4 28 mars

Rendez-vous t'chat en direct avec tous les intervenants (1h)
La transition numérique

Tous les intervenants répondent aux questions posées en amont lors du visionnage des deux vidéos préparatoires et en direct, via internet, par les inscrits au DPC. 

Phase 5 29 mars - 4 avril  Questionnaire final d'auto-évaluation à compléter (30 min)


dernière mise à jour : 6 février 2019

 

imprimer