visuel-mediatheque

Quintessence

Occlusodontie - 1998

Quel est le facteur dominant des dysfonctions cranio-mandibulaires ?

Olivier Hüe

Historiquement les problèmes d'occlusion sont associés sur le plan étiologique et terminologique au syndrome de Costen, décrit en 1931. Heureusement, depuis cette date des hypothèses et des conceptions fort différentes ont été proposées, tant dans le domaine de l'analyse des facteurs étiologiques que des traitements qui en découlent. C'est pourquoi, à ce jour, de nombreuses questions demeurent sans réponse : quelle est ou quelles sont les étiologies de cette symptomatologie et quel en est ou quels en sont les traitements possibles ? Pour cela, lors de cette séance, quatre conférenciers de notoriété internationale répondrons à ces deux interrogations essentielles :• l'étiologie des algies orofaciales est-elle articulaire, musculaire, occlusale ?• les thérapeutiques proposées sont-elles raisonnables, raisonnées, adaptées ?

Dr France Lambert - La dentisterie esthétique moderne est principalement basée sur la bonne harmonie gingivodentaire.Le challenge pour restaurer l'esthétique d'un sourire est souvent de recréer cet équilibre entre les tissus mous et la réhabilitation prothétique. Au cours de cette session, nous aborderons plus spécifiquement l'aspect des tissus mous, de leur architecture, de leur intégration avec les éléments prothétiques et de leurs volumes, etc.... Un des éléments clef de cette architecture des tissus mous est la présence des papilles inter-dentaires.Les objectifs de cette session se résument en trois volets :Tout d'abord, le point sera fait sur les différentes causes des pertes papillaires. Nous envisagerons aussi comment les éviter ou les limiter à travers des actes chirurgicaux moins invasifs, en respectant davantage la physiologie des tissus parodontaux. La prévention de la perte des papilles passe aussi par le choix des matériaux et par les actes prothétiques. Ces aspects seront également discutés.Ensuite, le second objectif de cet exposé visera, en cas d'absence papillaire, à analyser la situation clinique et d'en définir le pronostique de régénération. Le pronostique est évalué sur base des connaissances actuelles issues de la littérature scientifique, et par le biais d'une bonne analyse esthétique et radiographique de la situation clinique. Dès lors, en fonction d'un pronostic favorable, modéré, ou défavorable, les options de reconstruction papillaire pourront être pondérées.Enfin, la dernière partie de cette conférence sera dédiée aux techniques et méthodes de régénération papillaires. À travers de nombreux cas cliniques, les différentes techniques de régénération des papilles, qu'elles soient chirurgicales, orthodontiques ou prothétiques, seront envisagées de manière systématique en fonction de la situation clinique initiale. En effet, une bonne analyse est impérative pour le choix de la technique optimale.

Conférenciers

DR PIERRE CARPENTIER - Ethiopathogénie des dysfonctionnements intra-articulaires.
DR ANTOON DE LAAT - Occlusion et douleur oro-faciales : quelles sont les données en 1998 ?
DOCTEUR MERETE BAKKE - Dysfonction et occlusion dentaire.
DR RICHARD MARGUELLES BONNET - Les approches thérapeutiques.
DR OLIVIER HUE - Quel est le facteur dominant des dysfonctions cranio-mandibulaires ?

Bibliographie

BAKKE M., MICHLER L., MOLLER - Occlusal control of mandibular elevator muscle. Scand Dent Res, 1992 ; 100 : 284-291
De LAAT A. - Les douleurs orofaciales. Real Clin, 1994 ; 2 : 135-139
GOLA R., CHOSSEGROS C., ORTHLIEB J.D. - Syndrome algo-dysfonctionnel de l'appareil manducateur. Ed Masson, Paris, 1992
HUE O. - Manuel d'occlusodontie. Ed Masson, Paris, 1972
HUE O. - Les douleurs musculo articulaires. Real Clin, 1994 ; 2 : 173-186
HUE O. - L'occlusion : aspects anatomiques, aspects neurophysiologiques. Cah de Prothese, 1997 ; 100 : 65-75
ROZENCWEIG D. - Algies et dysfonctionnement de l'appareil manducateur. Ed CdP, Paris, 1994
imprimer