visuel-mediatheque

Quintessence

Prothèses amovibles - 2009

Comment associer la prothèse fixée et les implants à la prothèse amovible partielle

Le champ d’application des implants ostéointégrés s’est considérablement élargi ces dernières années. Cependant, quand la thérapeutique implantaire ne peut prendre en charge un édentement partiel, la prothèse amovible garde sa place. La solution par PAP retenue, il faut rétablir les fonctions perturbées par l’édentement, satisfaire à l’esthétique et préserver les dents restantes et leur parodonte. La conception raisonnée d’un châssis métallique, associée à la présence de fraisages et d’éléments de rétention (crochets, attachements) judicieusement distribués sur l’arcade, en fonction du type d’édentement et du support parodontal des dents restantes, ainsi que la mise en place d’implants munis soit d’attachements axiaux (boutons pression) sous la selle prothétique, soit de couronnes fraisées, permet d’atteindre ces objectifs. En effet, la visibilité des crochets d’une part, la cohabitation entre les dents naturelles et artificielles, entre le parodonte et la gencive artificielle d’autre part, représentent des écueils permanents difficiles à éviter. L’incorporation d’un ou de plusieurs implants permet de surmonter ces écueils esthétiques. L’exploitation des implants permet notamment d’allonger l’arc dentaire résiduel pour éloigner du regard les moyens d’ancrages et les structures artificielles par une distalisation des composants de la PAP. Face aux différentes hypothèses thérapeutiques, les paramètres intervenant dans le choix thérapeutique sont analysés. La démarche mise en oeuvre pour établir le plan de traitement et choisir le type d’ancrage est illustrée par des cas cliniques puis un bilan à moyen et long terme est établi.XXXX

Dr Charles Micheau - Contrôler efficacement le plaque dentaire est un challenge quotidien pour tous nos patients. Les caractéristiques physiques de cette plaque, organisée en biofilm, impose en premier lieu une désorganisation mécanique. Une fois celle-ci opérée, les substances pharmacologiques pourront alors la compléter.C'est alors que s'ouvre l'immense gamme des produits à la disposition des praticiens. Les études sur ces substances de plus en plus nombreuses et rigoureuses permettent d'effectuer des choix non plus empiriques reposant sur des habitudes de prescription mais sur des critères scientifiques.La phase mécanique du contrôle de plaque est significativement améliorée par le brossage électrique. Les brosses oscillo-rotatives sont devenues des incontournables de nos recommandations de matériel de brossage. Leur supériorité dans l'élimination de la plaque, la prévention des blessures gingivales et de l'abrasion de l'émail sont des données acquises de la science.Quant aux antiseptiques, là, le choix devient beaucoup plus complexes car leur choix devra reposer sur une bonne connaissance des principes actifs d'une part et de leur adaptation à la pathologie à traiter.Chez le patient à risque carieux élevé les recommandations dans l'utilisation du fluor ont beaucoup évolué et il reste primordial de cerner tous les paramètres afin de parfaitement cibler les dosages.Les modifications de notre alimentation et notamment de nos boissons ont fait exploser les phénomènes d'érosion dentaire. Après les conseils diététiques de rigueur certains produits permettent de potentialiser la reminéralisation amélaire. Dans les pathologies parodontales, le choix devra s'opérer en fonction de la phase de traitement. La chlorhexidine reste la référence incontestée comme agent anti-plaque. Mais compte tenu de ses effets secondaires, son utilisation à long terme n'est pas envisageable. Les recommandations devront s'orienter vers d'autres molécules dans les utilisations prolongées. Les huiles essentielles, la combinaison du fluorure d'amine et d'étain apportent un réel bénéfice dans les phases de maintenance.Dans les dentifrices, même si les évidences scientifiques sont plus délicates à analyser, le triclosan semble actuellement le meilleur choix en maintenance parodontale et implantaire.Au travers de cette analyse pharmocologique et scientifique des recommandations facilement applicables permettront au praticien de sortir de ses doutes quant aux conseils qu'il doit donner à ses patients.

Conférenciers

DR CHRISTIAN VAN ZEVEREN - Le plan de traitement en PAP : une démarche raisonnée pour assurer la pérennité
DR ETIENNE WALTMANN - La prothèse fixée sur implants au bénéfice des objectifs esthétiques en PAP
DR ISABELLE FOUILLOUX - La gestion de la stabilité des PAP de grande étendue par la prothèse fixée et les implants
DR MARCEL BEGIN

Bibliographie

La prothèse partielle amovible : conception et tracé des châssis
BEGIN M. - 2004
Collection Réussir, Quintessence Internationale
Apport de l’implantologie dans un traitement par prothèse composite
CHEYLAN J.-M., FOUILLOUX I. - 2009
Stratégie prothétique ; 9(2) : 143-151
imprimer