visuel-mediatheque

Quintessence

Prothèse Fixée - 2009

Reconstruire une dent dépulpée : réalités cliniques actuelles (1°partie)

La dent dépulpée revêt des caractéristiques particulières. Elle subit des transformations biologiques et physiologiques qui la rendent vulnérable, mais c’est l’altération des structures coronaires et radiculaires qui sont les éléments déterminant de sa fragilité.Les multiples possibilités de restauration répondent aux différents degrés d’atteinte structurelle de la dent. La préservation des tissus restants est la règle. Elle favorise le maintien de la résistance de la dent. Les restaurations par techniques de collage, directes ou indirectes, sont indiquées lors de faible délabrement. Les couronnes correspondent aux situations de pertes de substance importantes. Quand elles sont associées à un soutien nécessitant un ancrage coronoradiculaire, celui-ci est envisagé en fonction de la situation de la dent sur l’arcade et des tissus restants.Quelle que soit la solution choisie, c’est l’évaluation du succès clinique qui valide son intérêt. L’analyse des taux de survie des dents dépulpées restaurées nous donne des indications sur les choix de traitement les mieux adaptés, sur les procédures opératoires et sur les critères techniques de mise en œuvre. Elle donne également les limites de nos possibilités.La bonne connaissance de la dent dépulpée et de son traitement restaurateur doit nous permettre d’en faire l’implant le plus fiable d’aujourd’hui ! XXXX

Dr Nicolas Bois - Afin de reconstruire une dent délabrée et dévitalisée, le recours systématique au tenon radiculaire était le choix le plus adéquat. Après avoir scellé ou collé un tenon métallique ou non dans la racine, il est ensuite possible de réaliser soit une reconstitution directe de la dent, soit un moignon préprothétique, en amalgame ou en composite. L'autre solution est de fabriquer par l'intermédiaire du laboratoire un moignon coulé. Le but de la reconstitution préprothétique est d'assurer la rétention et la stabilisation de la future couronne.Depuis quelques années, cette philosophie de la reconstitution préprothétique systématique à tendance à évoluer à cause du risque augmenté de fracture radiculaire du à la présence du tenon. C'est pourquoi, de nos jours, le tenon radiculaire n'est plus une nécessité selon les situations grâce à :- l'évolution des techniques adhésives.- l'évolution des inlays/onlays céramiques ou composites réalisés en laboratoire ou CAD-CAM, le développement des endo-couronnes.Toutefois le tenon reste fortement conseillé dans certains cas en fonction de la position de la dent et de la dentine coronaire résiduelle. L'évolution des matériaux nous pousse de plus en plus à choisir des tenons non métalliques.En effet le tenon non métallique assure :- une diminution du risque de fractures complexes.- un meilleur esthétique. La réelle discussion est de savoir :- comment évaluer si un tenon est nécessaire ou non : quelle est la position de la dent, comment est la racine, quel est le nombre de parois coronaires restantes, quelles est la dentine coronaire restante.- Quand un tenon n'est pas nécessaire quel type de restauration faut-il réaliser ? : un onlay céramique ou composite en laboratoire ou CAD-CAM, une endo-couronne, une facette céramique.- Quand un tenon est nécessaire, quel type de tenon choisir avec quel système adhésif ? comment préparer la racine au collage du tenon ?

Conférenciers

DR AURELIA GUERRIERI - La seconde vie de la dent dépulpée.Evaluer
DR MICHEL BARTALA
DR TCHILALO BOUKPESSI - La vraie nature de la dent dépulpée. Comprendre.
DR EMILIE MARCZAK - La vraie nature de la dent dépulpée. Comprendre.
DR FRANCK DECUP
DR ARNAUD SOENEN - La seconde vie de la dent dépulpée. Evaluer.
DR EMMANUEL D INCAU - Techniques de restauration de la dent dépulpée. Indiquer.

imprimer