visuel-mediatheque

Quintessence

Occlusodontie - 1999

Le bilan des dysfonctions de l'appareil manducateur

Jean-François LALUQUE

Le diagnostic de Dysfonctions de l’Appareil Manducateur (D.A.M.) et les conduites thérapeutiques peuvent présenter des formes différentes. A la lumière des connaissances fondamentales et cliniques, et selon les expériences des différents conférenciers, le bilan 99 permettra d’établir clairement comment dépister et diagnostiquer et comment traiter les D.A.M.

Dr Marco Martignoni - L'omnipraticien, dans son exercice quotidien, est confronté à ces deux disciplines complémentaires que sont l'endodontie et la restauration de la dent dépulpée.Depuis une quinzaine d'années, l'endodontie et la dentisterie restauratrice ont connu une véritable révolution technologique. En endodontie, l'introduction des moyens de grossissement, des inserts ultrasonores et des instruments spécifiques dédiés à la recherche canalaire, ont permis un accès et une identification plus aisée des canaux. L'alliage nickel-titane utilisé pour la fabrication des instruments endodontiques et l'apparition des instruments spécifiques au cathétérisme et à la sécurisation de la trajectoire canalaire, tels que les PathFiles, permettent d'éviter les erreurs dont le résultat est le blocage précoce et la perte de la perméabilité des canaux. Les différents systèmes endodontiques rotatifs à conicité majorée ou à conicité variable, utilisés pour la mise en forme canalaire, ont rendus la préparation canalaire de qualité plus rapide et plus reproductible en omnipratique, tout en réduisant les erreurs inhérentes à l'utilisation des instruments manuels en acier (butée, déchirures apicales, perforations). Dernièrement, l'introduction du concept de la réciprocité (mouvement de rotation antihoraire/horaire asymétrique) et la mise sur le marché de nouveaux instruments dotés de nouvelles formes et de nouveaux alliages, ont encore plus facilité la procédure de mise en forme et permettent d'obtenir des canaux aux formes idéales en un minimum de temps et avec un risque réduit de fracture instrumentale par rapport à la rotation continue. De plus la réduction des séquences instrumentales rend cette technique plus facile à appréhender cliniquement. La désinfection et l'élimination des tissus vivants ou nécrosés du système canalaire sont considérées comme des étapes clés du traitement. La mise en forme canalaire plus rapide permet des temps de contact prolongés entre les solutions d'irrigation et le système canalaire. La solution de base reste l'hypochlorite de sodium, solvant organique et antiseptique puissant. L'EDTA est quand à lui utilisé en fin de mise en forme afin d'éliminer la boue dentinaire des parois canalaires, suivi à nouveau par une irrigation avec de l'hypochlorite. L'action de ces solutions est rendue plus efficace grâce à des nouvelles techniques d'agitation qui potentialisent leur action, et qui leur permettent d'atteindre les zones les moins accessibles du canal, et ce avec le degré de contrôle nécessaire lorsque sont utilisées des solutions d'irrigation potentiellement irritantes. L'obturation tridimentionnelle étanche du système canalaire est indispensable afin d'éviter une réinfection du canal et des tissus périapicaux. L'obturation canalaire à la gutta chaude, introduite en 1967 reste pour l'instant la technique qui rempli le mieux les objectifs. La technique d'obturation à la gutta chaude, considérée pendant longtemps comme l'apanage de quelques spécialistes, tend à se démocratiser. La raison en est double : d'abord, les nouveaux instruments de mise en forme permettent plus facilement l'obtention de préparation idéales, plus aptes à être correctement obturée par rapport aux préparation obtenue avec les instruments manuels en acier. Ensuite, la mise sur le marché de nouveaux systèmes d'obturation, plus ergonomiques et plus facile à utiliser, permettent d'obturer rapidement et très efficacement en trois dimensions tous les recoins du système canalaire préalablement préparé et nettoyé. Le maître cône est d'abord ajusté en diamètre et en longueur à la préparation canalaire réalisée, et est vérifié cliniquement et radiographiquement. Le ciment de scellement est préparé pendant que le canal est séché. Le cône enduit de ciment de scellement est alors mis en place, sectionné et compacté à chaud à l'aide des fouloirs préalablement sélectionnés. L'obturation coronaire étanche a été démontrée de manière formelle comme un des facteurs de succès à long terme du traitement endodontique.De nos jours, la restauration de dents traitées endodontiquement est réalisée de manière fiable avec des techniques adhésives, de sorte qu'elle peut se faire facilement, dans la même séance que le traitement endodontique. L'utilisation des différents matériaux, en conjonction ou non avec des tenons fibrés dépendra de la perte de substance (nombre de parois résiduelles) et du niveau de la perte de substance par rapport à la gencive marginale. Les systèmes de restauration modernes semblent se comporter de façon similaire aux dents naturelles lorsque sont observées des structures dites « monoblocs ». Ces restaurations sont rapides à réaliser, fiables si correctement réalisées, peu mutilantes et esthétiques.L'ensemble du traitement endodontique suivi de la restauration de la dent traitée est relativement simple lorsqu'une plus grande maîtrise est assurée par l'utilisation de moyen de grossissement et d'éclairage complémentaire.Toutes ces techniques sont régies par des protocoles clairs, qui, s'ils sont respectés, permettent un taux de succès élevé assurant ainsi la longévité de la dent.Pendant ce cours, toutes les techniques et les protocoles actuels d'instrumentation, d'irrigation, d'obturation endodontique puis de restauration coronaire finale des dents traitées et restaurée en une séance seront présentées et commentées, au travers de différents cas cliniques et de vidéos.

Conférenciers

DR JEAN CLAUDE THEPIN - Qu'apportent réellement les examens complémentaires ? Instruments et imageries.
DR KHUE NGUYEN KIM - Bilan des traitements occlusodontiques conventionnels (gouttière, équilibration, stabilisation orthodontique et prothétique.
DR CHARLES PIANELLO - Le point sur les thérapeutiques non invasives : prise en charge du patient, kinésithérapie, orhtopédie, …etc
DR PAUL PIONCHON - Bilan des étiologies : les acquis, les incertitudes et les orientations actuelles
DR JEAN FRANCOIS LALUQUE
DR CHRISTIAN JOLIVET - Bilan des traitements occlusodontiques conventionnels (gouttière, équilibration, stabilisation orthodontique et prothétique)

Bibliographie

American Academy of Orofacial Pain : guidelines for assessment, diagnosis and management. Edited by J.P OKESON. Quintessence Publishing, Chicago, 1996.
OKESON. Quintessence Publishing, Chicago, 1996.Compte-rendu des 13e Journées Internationales du Collège National d'Occlusodontologie, Paris, 1996 : Pronostic des dysfonctions de l'A.T.M.
Les douleurs oro-faciales (coordonné par A.DE.LAAT) Réalité Cliniques, 1994 ; 5(2)
Les désordres temporo-mandibulaires (coordonné par F.UNGER) Réalité Clinique, 1996 ; 7(2)
ROZENCWEIG D. Algies et dysfonctionnements de l'appareil manducateur. Editions Cdp, Paris, 1994.
imprimer