visuel-mediatheque

Quintessence

Parodontologie - 2011

Place de l'implantologie dans le plan de traitement

Depuis le développement de l’implantologie, les plans de traitements des réhabilitations en odontologie ont été modifiés. Le remplacement de l’organe dentaire par une racine artificielle associée à une prothèse conjointe a modifié les concepts de traitement. L’implantologie a pour but de remplacer les dents absentes et doit être mise en œuvre, au service d’un plan de traitement global. Pour les réhabilitations occlusales, l’intégration des implants amène une répartition des charges sur la totalité de l’arcade, et permet d’être plus conservateur sur le traitement des dents restantes. Ces implants doivent s’intégrer dans une occlusion dynamique. Les publications récentes montrent que l’application de dogmes occlusaux doit être faite avec discernement. Le plan de traitement parodontal est également un acte majeur dans l’élaboration des traitements multidisciplinaires. Le recul, acquis au fil des années, montre que la conservation des dents (versus la pose d’implants) reste une priorité. L’évaluation et le traitement doit permettre de stabiliser les cas de maladie parodontale. Au cours de la réévaluation, l’intégration des implants devient un choix raisonné. La déficience du traitement des maladies parodontales entrainera un échec implantaire à court ou moyen terme.Dans les secteurs postérieurs édentés, pour un allègement et une simplification des plans de traitements, des alternatives aux greffes osseuses autogènes ont été proposées. L’apport des implants courts et des implants de diamètre réduit modifient le plan de traitement de ces zones.XXXX

Dr Marie-Laure Colombier - La maladie parodontale est une pathologie infectieuse qui se traduit cliniquement par une réaction inflammatoire destructrice des tissus de soutien dentaire. L'identification de la pathologie (classification AAP de 1999) doit s'accompagner d'une évaluation du profil du patient en fonction des facteurs de risque systémiques et environnementaux, de façon à proposer une prise en charge plus personnalisée voire médicalisée de sa pathologie. Cette évaluation a été proposée en 1996 par Lang et Tonetti pour calculer le risque parodontal individuel d'un patient et établir une thérapeutique de maintenance adaptée. Elle peut également être réalisée lors de l'examen initial, puis au cours du traitement, et peut servir à améliorer la communication avec le patient.Le traitement de la maladie parodontale est un traitement étiologique, antibactérien, non chirurgical, et a pour objectif de restaurer la compatibilité biologique des tissus lésés, c'est-à-dire de favoriser la réattache tissulaire à la surface radiculaire assainie. Les progrès scientifiques au niveau infectieux comme au niveau de la réponse de l'hôte ont conduit à une évolution du concept de traitement parodontal. Les travaux des années 90 ont montré l'importance du contrôle mécanique des biofilms, structure résistant aux traitements chimiques, et favorisant le développement de bactéries anaérobies capables d'envahir le tissu gingival et d'entrainer une forte réaction inflammatoire destructrice.Depuis, le concept de traitement a évolué vers une thérapeutique à la fois moins agressive sur la surface radiculaire et d'action limitée sur les tissus mous, aboutissant à une nouvelle approche de « débridement » radiculaire (Smart 1990) et la disparition de la notion de curetage. L'évolution des technologies a contribué à cette évolution du traitement, l'instrumentation ultrasonore étant aussi efficace dans le traitement des poches que l'instrumentation manuelle (Walmsley et coll. 2008). Depuis les années 2000, d'autres thérapeutiques se sont développées, tels que l'air-abrasion ou le laser, et font l'objet d'études.Pour certaines pathologies, le contrôle bactérien implique l'utilisation d'antimicrobiens, antibiotiques et/ou antiseptiques. Cette utilisation doit être raisonnée et associée à la décontamination mécanique de la surface radiculaire. Elle a abouti à l'évolution des protocoles de traitement, avec le concept de désinfection globale (Quyrinen 1995), qui cherche à décontaminer les niches orales potentiellement infectées en même temps que la décontamination des poches parodontales, de façon à éviter leur réinfection. Cette approche conduit aujourd'hui à réaliser le traitement étiologique de certaines maladies parodontales en un temps limité. Le recours au traitement adjuvant par des antibiotiques permet d'améliorer les résultats du traitement étiologique, réduisant de ce fait les indications d'un traitement supplémentaire, généralement chirurgical (Mombelli et coll. 2011). Celui-ci reste nécessaire lorsqu'il s'agit de réduire des poches persistantes profondes, de traiter les lésions de furcations, de régénérer les tissus parodontaux, soit de traiter les conséquences des maladies parodontales.Dr Antoine Sancier - Les thérapeutiques parodontales progressent et leurs prises en charge dans le cadre de la NGAP restent inexistantes ou du moins inadaptées. Le praticien, dans l'obligation de se former aux techniques nouvelles, se voit parfois contraint de ne pas les mettre en oeuvre en raison d'un arbitrage financier qu'il doit faire entre son patient, les impératifs de sa structure et les organismes de prise en charge. Ce rôle d'arbitre est souvent démotivant alors qu'une modification de son organisation peut suffire à le libérer de cet étau politico-financier néfaste à la relation de soins. L'intégration de la parodontie dans nos thérapeutiques ne relève pas seulement de compétences cliniques, elle nécessite aussi une réforme cohérente de nos modes d'exercice. La conduite de changement est aujourd'hui au coeur de toutes les politiques de ressources humaines. Sans faire de nos structures des outils logistiques complexes mais au contraire pour s'y épanouir dans un cadre humain et autonome, nous devons être réactif faces aux contraintes socio-économiques et techniques qu'imposent la pratique de cette discipline.Cette communication aura pour but de discuter des schémas organisationnels sur le plan individuel et structurel à mettre en place au cabinet dentaire pour permettre la pratique d'une parodontie intégrée à l'omnipratique.Remettre les bases de la prise en charge parodontale au coeur de l'omnnipratique relève d'une nécessité thérapeutique pour nos patients, et d'une obligation en matière de santé publique.

Conférenciers

DR PHILIPPE BOUSQUET
DR ISABELLE CALAS - Les réhabilitations occlusales associées aux implants
DR ERIC MAUJEAN - Place des implants dans le traitement des maladies parodontales
DR PHILIPPE KHAYAT - Place des implants dans le traitement des secteurs postérieurs édentés

Bibliographie

Cost-effectiveness modeling of dental implant vs bridge
BOUCHARD P., RENOUARD F., BOURGEOIS D., FROMENTIN O., JEANNERET M.-H., BERESNIAK A. - 2009
Clin Oral Implants Res. Jun; 20 (6):583-7
Review Critical review of some dogmas in prosthodontics
GUNNAR E. CARLSSON. - 2009
Journal of Prosthodontic Research; 53:3-10
Long-term implant prognosis in patients with and without a history of chronic periodontitis: a 10-year prospective cohort study of the ITI Dental Implant System.
KAROUSSIS I.K., HEITZ-MAYFIELD L.J., BRAGGER U., HAMMERLE C.H., LANG N.P. - 2003
Clin Oral Implants Res. Jun;14(3):329-39
Oral rehabilitation with implant-supported fixed partial dentures in periodontitis-susceptible subjects.
WENNSTROM J.L., EKESTUBBE A., GRONDAHL K., KARLSSON S., LINDHE J. - 2004
J. Clin. Periodontol. ; 31 :713-724
Implant therapy in partially edentulous periodontally compromised patients : a review.
VAN DER WEIJDEN G.A., VAN BEMMEL K.M., RENVERT S. - 2005
J. Clin. Periodontol. ; 32 :506-511
imprimer