visuel-mediatheque

Quintessence

ODF - 2012

Orthodontie anti-âge

Le vieillissement facial s'exprime par un affaissement progressif de la pointe et de la base du nez, qui entraîne vers le bas les contours labiaux ; les lèvres reculent dans le profil, semblant s'effacer par rapport au menton que l'âge laisse relativement inchangé. Les arcades dentaires reculeent de même, tandis que le plan d'occlusion bascule vers le bas et vers l'arrière. La sénescence aboutit donc à une exposition fonctionnelle croissante des incisives mandibulaires en place des incisives supérieures et à une diminution de la proalvéolie qui prive les tissus péri-buccaux de leur soutien.L'augmentation de l'espérance de vie et le désir sociétal de conserver une apparence avenante amènent de plus en plus de patients soucieux de préserver leur image physique chez le chirurgien-dentiste, en quête de soins dentaires capables de préserver, voire de restaurer leur sourire dont l'aspect de jeunesse repose avant tout sur le maintien antéro-postérieur des dents.L'orthodontie se trouve tout particulièrement impliquée dans cette démarche sous trois aspects :1. la prise en compte de la réduction spontanée de la proalvéolie doit guider l'établissement de tout plan de traitement orthodontique ou pluridisciplinaire : ne jamais affaiblir le soutien labial en reculant le système dentaire. D'où, concomitant à l'abandon du repositionnement incisif systématique, le recours à la réduction amélaire proximale en lieu et place des extractions à but orthodontique.2. La correction des décalages de classe II doit s'envisager dans la majeure partie des cas par une avancée des structures mandibulaires plutôt que par un recul maxillaire. ce choix thérapeutique procure un effet de rajeunissement par la remise en tension de la peau et améliore le dessin de l'angle cervico-mentonnier. Une alternative non chirurgicale peut-elle être envisagée chez le patient adulte ?3. Certaines malpositions dentaires ont un impact esthétique favorable sur un visage jeune, qu'elles caractérisent (diastème inter-incisif, classe II,2...). Elles deviennent pénalisantes avec l'âge, quand le visage se marque par ailleurs. Leur correction est un motif de consultation fréquent auquel il convient d'apporter les réponses appropriées.

Dr Christian Chambas - « Marquise, si mon visage... »Le vieillissement, phénomène physiologique inéluctable, d'apparition plus ou moins précoce, d'intensité et de célérité variable en fonction de l'interaction de facteurs génétiques et environnementaux focalise l'attention et le refus du regard collectif de nos sociétés. Le visage et la sphère bucco-faciale n'échappent pas à cette règle et subissent les affres du temps par un vieillissement des tissus mous faciaux dans leur texture et leur répartition, par des altérations morphologiques dentaires générées par les processus d'érosion et d'abrasion, par une saturation et un ternissement des teintes des dents, par des modifications gingivales et osseuses, par des pertes dentaires, par l'apparition et l'accentuation de défauts d'alignement et par l'évolution négative des troubles de l'occlusion. L'ensemble de ces modifications génère hélas le plus souvent une altération du « sourire de jeunesse ». Si les conséquences esthétiques du vieillissement sont systématiquement mises en exergue, elles ne doivent pas occulter les conséquences fonctionnelles concomitantes et interactives très préjudiciables à la santé bucco-dentaire. Chirurgie plastique, dermatologie et cosmétique sont souvent mises en avant dans cette lutte anti-âge concernant le visage mais l'orthodontie seule ou associée aux autres disciplines de l'art dentaire peut concourir efficacement à intercepter les effets du vieillissement et réaliser un véritable rajeunissement esthétique et fonctionnel. En effet, l'orthodontie assure certes l'alignement dentaire et le positionnement des dents nécessaires au soutien adapté des lèvres mais de plus permet un aménagement du groupe incisivocanin compatible avec un sourire harmonieux souvent affecté par l'âge en présentant une disparition des dents maxillaires ou des exacerbations de recouvrements excessifs. En outre, la restauration d'une occlusion physiologique intercepte les phénomènes destructeurs, catalyseurs de l'accélération du vieillissement et rétablit une occlusion efficiente. Bien évidemment, couplée à la chirurgie maxillo-faciale dans les dysmorphoses squelettiques complexes, l'orthodontie génère des résultats esthétiques spectaculaires. Après la phase orthodontique, dentisterie cosmétique, blanchiment et prothèse peaufinent les résultats dans des conditions très optimisées. Face à cet intérêt indiscutable, le recours à l'orthodontie a cependant longtemps été freiné chez l'adulte par la perspective du port de dispositifs vestibulaires peu esthétiques et par les contraintes associées et de ce fait de très nombreuses solutions de compromis ont limité la qualité du résultat final. Le développement de dispositifs linguaux non visibles, mieux tolérés et de précision accrue par la personnalisation facilitent actuellement chez l'adulte une acceptation de ces thérapeutiques contribuant ainsi au bien être physique et psychologique de nos patients. Le sentiment de rajeunissement obtenu ravive l'image de soi, redonne confiance et assure une meilleure acceptation du vieillissement.La question essentielle n'est pas de vieillir mais de vieillir le mieux possible ! Le propos est illustré de cas cliniques soulignant l'indissociable complémentarité des différentes disciplines pour optimiser les résultats.

Conférenciers

Dr Christiane Lodter

imprimer