visuel-mediatheque

Quintessence

Parodontologie - 1999

Conserver ou extraire : qu'en dites-vous ?

Philippe BOUCHARD

Réévaluez vos connaissances en prenant la parole…par boîtier interposé sur les critères actuels d’extraction. Grâce aux progrès en endodontie et en parodontologie, quels sont les limites du raisonnable pour assurer un pronostic favorable ? Comment extraire afin de préserver l’intégrité tissulaire ? Les nouvelles stratégies prothétiques tendent-elles vraiment à l’amélioration du pronostic ? En 4 communications interactives, faites le tour de la question.

Dr Olivier Baron - Créer ou reprendre un cabinet dentaire une étape importante dans une carrière. Dès la conception ou lors de la reprise l'ergonomie, les règles d'hygiène et d'asepsie doivent être prises en compte en fonction de l'activité souhaitée (omnipratique, spécialisation) et de l'activité à venir (passage à l'implantologie, à l'orthodontie...)L'ergonomieLe volume des pièces doivent être suffisant pour permettre une circulation permettant le nettoyage et l'accès. La distribution des pièces est importante, elle doit permettre la circulation des patients et des dispositifs médicaux en évitant la contamination croisée. En adoptant un sens de circulation à sens unique, on évite le croisement entre les patients et les instruments souillés ou propres. La salle de stérilisation devra être située à proximité des salles de soins avec si possible une entrée directe et séparée. Cette pièce est d'importance stratégique et ne doit pas être sous-dimensionnée. En fonction de l'activité elle peut vite être trop petite (passage à l'implantologie ou à l'orthodontie). Elle est le lieu de travail des assistantes qui doivent pouvoir se croiser malgré les tiroirs ouverts, les portes d'autoclaves, du réfrigérateur,du laveur désinfecteur ou si le nombre d'assistante augmente. Elle est organisée de manière à ce que le sale n'entre pas pas en contact avec le propre (la marche en avant) en zone humide et sèche avec une zone de contrôle qualité. Elle doit être conçue de manière évolutive pour intégrer des développements futurs, ce qui nécessite une réflexion au stade de la création ou de la reprise d'un cabinet. Prévoir au niveau de chaque étape de la chaîne de stérilisation une prise électrique, une arrivée et une évacuation d'eau, un câblage(ou une gaine) réseau et la place suffisante. Ceci permet d'intégrer soit directement, soit ultérieurement du matériel comme un laveur désinfecteur (qui nécessite une ligne triphasée 380 V),un automate de lavage ou un automate / stérilisateur des Portes instruments rotatifs ou encore un deuxième autoclave (prévoir des lignes électriques séparées de 16 A). Tous ces produits pourront être « tracés » par le réseau filaire du cabinet si le réseau est prévu à la conception. La zone de stockage des dispositifs médicaux stérilisé doit permettre la conservation dans les meilleurs conditions. Un attention particulière doit être portée à une salle permettant le stockage des DASRI et au local technique. Locale de stockage des DASRI doit permettre la protection des déchets et l'intégrité des emballages. Le local techniques est le garant de la qualité de l'air comprimé. Souvent associé aux aspirations chirurgicales, il faut veiller aux flux d'air, souillé et frais.les revêtementsLa prévention du risque infectieux implique pour l'ensemble du cabinet un choix de revêtement non poreux lisses et facilement lessivables . Le choix doit se faire suivant la fonction de la pièce «zone administrative, zone potentiellement contaminée, zone dite protégée » et le niveau de propreté attendu. Pour les sols, préférer les revêtements thermoplastiques soudés à chaud avec remonté en plinthe et gorge arrondie afin de réaliser un bio nettoyage plus rapidement et plus facilement. Les murs doivent être lessivables et résister au produits désinfectants en évitant les tapisseries formant des reliefs impropres au nettoyage. La protection murale derrière les points d'eau permet d'éviter la dégradation des murs. Les plafonds suspendus offrent la possibilité de dissimuler les gaines et tuyaux, absorbent les sons et permettent des évolutions futures de l'installation. Il doivent être non poreux et doivent être lessivables. Dans les salles de soins (zones dites protégées) le mobilier et les équipements sont réduits au strict minimum, si possible sur roulettes ou sans pieds pour faciliter le nettoyage. Ces zones doivent comporter un point de lavage des mains à commande non manuelle, un distributeur de solution hydro-alcoolique et de savon, un distributeur d'essuie-mains à usage unique et une poubelle à commande non manuelle. L'équipement informatique est éloigné au maximum de la zone de travail, la commande se fait par clavier tactile étanche ou par clavier sous film. Réduire l'utilisation des tiroirs en salle de soins en préférant les tubs et plateaux préparés. La connaissance des procédures de stérilisation et d'hygiène environnementale permet de concevoir ou de reprendre un cabinet dentaire dans les meilleurs conditions possibles et conforme aux données actuelles sans occulté les possibilités d'évolution future.Mme Sophie Saunier - Tout projet représente un investissement personnel et financier important.Une organisation rigoureuse est indispensable au bon déroulement et à la réussite de tout projet de création ou de modification ce cabinet dentaire.LA FAISABILITEDès la conception, divers critères sont à prendre en compte.- la faisabilité technique implique l'analyse de la compatibilité du gros ½uvre en matière de solidité, d'isolement, de capacités d'évacuation et l'adaptabilité des éléments constructifs aux exigences techniques des installations spécifiques (climatisation, équipements médicaux...)- la faisabilité administrative, avec l'étude des possibilités d'obtenir toutes les autorisations requises de la part des administrations et des tiers éventuellement concernés- les exigences en matière de sécurité et d'accessibilité applicables aux ERP (le cabinet dentaire est un Établissement Recevant du Public de type U, le plus souvent de cinquième catégorie), d'autant plus contraignantes que les textes visent très largement à permettre aux personnes atteintes de déficience motrice, visuelle, sensorielle ou intellectuelle les déplacements et l'usage des locaux et équipements sont liées à ces sujets.Elles concernent les constructions neuves, existantes mais aussi les établissements existants ( mise en conformité pour 2015)- la faisabilité financière, incluant les prestations des divers intervenants (études techniques, contrôles divers, coordonnateurs de sécurité), le coût estimatif des travaux et investissements dans les équipements spéciaux (téléphonie, informatique, matériels professionnels...)LES ETAPES DU PROJETLe projet évolue par étapes :- la phase d'étude permet de développer suivant l'analyse du programme, les choix architecturaux et esthétiques, l'Avant-Projet Sommaire avec prévisionnel du coût des travaux et du planning, puis l'Avant Projet Définitif, et les Plans d'Exécution des Ouvrages.La phase d'établissement des marchés de travaux vise à consulter et sélectionner les intervenants, en définissant leurs missions et obligations respectives.Le suivi des travaux consiste en leur contrôle régulier, en la vérification des situations et décomptes produits par les entrepreneurs, jusqu'à l'achèvement et à la réception des ouvrages.DEFINITION DU PROGRAMMEIl est primordial de préciser l'organisation des postes qui constitueront les trois secteurs principaux du cabinet: le pôle radiologie/diagnostic, communication, hygiène et attente en général situé entre les zones distinctes de réception et de soin, suivant l'effectif, le cadre de l'exercice, le programme, le type d'exercice (omnipratique, implantologie...) et les attentes des patients .Un programme étudié par le maître de l'ouvrage, du fonctionnement général du cabinet jusqu'au détail de chacun des postes, permet la réalisation d'un cadre au sein duquel l'exercice sera agréable, efficace et dont l'évolution sera anticipée.MATIERES ET MATERIAUXPersonnaliser l'architecture intérieure du cabinet est une étape aussi importante qu'intéressante.Pour choisir plafonds et cloisons, sols coules et sols colles, carrelage, produits verriers, composites, métaux, luminaires, quincaillerie, sanitaires et mobiliers... fabricants et créateurs offrent de nombreuses solutions adaptées, fonctionnelles, esthétiques et innovantes.La présentation de cas concrets est l'occasion d'aborder les questions fréquemment posées en amont ou durant la réalisation de projets de cabinets dentaires.

Conférenciers

DR REDA BENKIRAN - Conserver ou extraire : les stratégies en prothèse fixée dento- et implanto-portée.
DR JEAN YVES COCHET - Jusqu'où conserver en endodontie ?
DR JEAN PIERRE GARDELLA - Comment extraire aujourd'hui ?
DR JACQUES MALET - Jusqu'où conserver en parodontologie ?
DR PHILIPPE BOUCHARD

Bibliographie

DORN SO., GARTNER AH. Case selection and treatment planning (in pathway of the pulp). 1994 ; 60-75
SIMMON NA et al. Case against antibiotic prophylaxis for dental treatment of patients with joint prosteses. Lancet 1992 ; 339-301
FRIEDMAN S., STABHOLZ A. Endodontic retreatment case selection and technic I. Criteria for case selection. J. Endod. 1986 ; 12-28
TORABINEJAD M., CHIVIAN N. Clinical appication of MinEral Trioxide aggregate. J. Endodon. 1999 ; 25 : 197-205.
CARNEVALE G., DE FEBO G.,TONELLI M.P., MARIN C., FUZZI M. A retrospective analysis of the periosontal-prosthetic treatment of molars with interradicular lesions. The international Journal of Periodontics and restorative Dentistery 1991, 11 : 189-205.
VAN WINKELHOFF A.J., DE GRAAF J. Microbiology in the management of destructive perioDontal desease. Journal of Clinical Periodontology. 1991, 8 : 406-410.
ATWOOD, D.A. : Bone loss of edentulous alveolar ridges. J. Periodontol. Special issue, 1979 ; 11-21
PIETROKOWSKI J. : The bony residual ridge in man. J. Prosth. Dent., 1975, 34 : 456-462
TALLGREN A. : The continuing reduction of the residual ridges in complete denture wearers :mixed longitudinal study, covering 25 years. J. PROSTH. Dent., 1972, 27 : 120-132
CARLSSON G.E., THILANDER H., HEDEGARD B. Histologic changes in the upper alveolar process after extractions with or without insertion of an immediate full denture. Acta. Odontol. Scand., 1967, 25 : 1-9.
MICHAEL, C.G., BARSOUM W.M. Comparing ridge resorption with various surgical technique in immediate dentures. J. Prosth. Dent., 1976 ; 35 : 142-149.
LANGER et al. An evaluation of root resections. A ten-years study. J. Periodont. 1981 ; 52 : 719-723.
BASTEN et al. Long-term evaluation of root-resected molars : A retrospective study. Int. J Periodont. Rest. Dent. 1996 ; 16 : 207-219
ROSENBERG et al. Periodontal and Prosthetic managment for advanced cases. Quintescence Books, 1988.
imprimer