visuel-mediatheque

Quintessence

Pluridisciplinaire - 1998

Atelier de Dissection Anatomique

Jean-François Gaudy

Dans leur activité quotidienne, les praticiens sont confrontés à divers problèmes qui perturbent, de façon souvent importante, le bon déroulement des soins. Echec ou insuffisance d'une anesthésie, une paresthésie ou anesthésie, suite à une extraction de dent de sagesse, ou encore des difficultés d'abord de certaines régions, du fait d'un lambeau trop réduit, par crainte de l'inconnu. Les participants pourront simuler, sur têtes humaines fraîches, tous les actes pouvant poser problème, depuis l'analgésie jusqu'à la chirurgie. Ils pourront voir, à travers la dissection de chaque région les raisons de ces problèmes et la manière de les résoudre. Tout le matériel de dissection et de chirurgie nécessaire sera mis à la disposition des participants.

Dr Nicolas Bois - Afin de reconstruire une dent délabrée et dévitalisée, le recours systématique au tenon radiculaire était le choix le plus adéquat. Après avoir scellé ou collé un tenon métallique ou non dans la racine, il est ensuite possible de réaliser soit une reconstitution directe de la dent, soit un moignon préprothétique, en amalgame ou en composite. L'autre solution est de fabriquer par l'intermédiaire du laboratoire un moignon coulé. Le but de la reconstitution préprothétique est d'assurer la rétention et la stabilisation de la future couronne.Depuis quelques années, cette philosophie de la reconstitution préprothétique systématique à tendance à évoluer à cause du risque augmenté de fracture radiculaire du à la présence du tenon. C'est pourquoi, de nos jours, le tenon radiculaire n'est plus une nécessité selon les situations grâce à :- l'évolution des techniques adhésives.- l'évolution des inlays/onlays céramiques ou composites réalisés en laboratoire ou CAD-CAM, le développement des endo-couronnes.Toutefois le tenon reste fortement conseillé dans certains cas en fonction de la position de la dent et de la dentine coronaire résiduelle. L'évolution des matériaux nous pousse de plus en plus à choisir des tenons non métalliques.En effet le tenon non métallique assure :- une diminution du risque de fractures complexes.- un meilleur esthétique. La réelle discussion est de savoir :- comment évaluer si un tenon est nécessaire ou non : quelle est la position de la dent, comment est la racine, quel est le nombre de parois coronaires restantes, quelles est la dentine coronaire restante.- Quand un tenon n'est pas nécessaire quel type de restauration faut-il réaliser ? : un onlay céramique ou composite en laboratoire ou CAD-CAM, une endo-couronne, une facette céramique.- Quand un tenon est nécessaire, quel type de tenon choisir avec quel système adhésif ? comment préparer la racine au collage du tenon ?

Conférenciers

DR ALAIN BIDANT - Atelier de Dissection Anatomique
DR BERNARD CANNAS - Atelier de Dissection Anatomique
DR ANH HUAN TRAN - Atelier de Dissection Anatomique
DR CHRISTOPHE BILWEIS - Atelier de Dissection Anatomique
DR ANNE TRAN - Atelier de Dissection Anatomique
DR VERONIQUE SOLE - Atelier de Dissection Anatomique
DR CHRISTOPHE RIGNON BRET - Atelier de Dissection Anatomique
DR FREDERIC LAISON - Atelier de Dissection Anatomique
DR CHRISTOPHE DUNGLAS - Atelieer de Dissection Anatomique
DR THIERRY GORCE - Atelier de Dissection Anatomique
DR JEAN LUC CHARRIER - Atelier de Dissection Anatomique
DR JEAN FRANCOIS GAUDY - Atelier de Dissection Anatomique
DR LUC GILLOT - Atelier de Dissection Anatomique
DR DOMINIQUE DESFORGES - Atelier de Dissection Anatomique

imprimer