visuel-mediatheque

Quintessence

Environnement - 2001

Sécurité sanitaire et matériovigilance

P. CALFON

Depuis trois ans, le système français de matériovigilance prend le relais du marquage CE des dispositifs médicaux pour constituer le pendant de l’autorisation de mise sur le marché et de la pharmacovigilance du médicament. Après une présentation du système et de son fonctionnement, le bilan de ces trois années montrera son intérêt pour l’amélioration de la qualité des dispositifs médicaux, les premières mesures correctrices recommandées par l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) dans le domaine dentaire ayant été publiées durant l’année 2001.Les efforts de la profession pour organiser la traçabilité des produits de santé se poursuivent, l’intégration de la traçabilité dans la pratique libérale est complexe, que faut-il tracer en priorité et comment ? La sécurité sanitaire est une préoccupation constante des praticiens et des consommateurs de soins, ce thème fait l‘objet d’un référentiel entrant dans la Démarche Qualité de la profession qui sera présentée au cours de la séance.

Dr Nicolas Bois - Afin de reconstruire une dent délabrée et dévitalisée, le recours systématique au tenon radiculaire était le choix le plus adéquat. Après avoir scellé ou collé un tenon métallique ou non dans la racine, il est ensuite possible de réaliser soit une reconstitution directe de la dent, soit un moignon préprothétique, en amalgame ou en composite. L'autre solution est de fabriquer par l'intermédiaire du laboratoire un moignon coulé. Le but de la reconstitution préprothétique est d'assurer la rétention et la stabilisation de la future couronne.Depuis quelques années, cette philosophie de la reconstitution préprothétique systématique à tendance à évoluer à cause du risque augmenté de fracture radiculaire du à la présence du tenon. C'est pourquoi, de nos jours, le tenon radiculaire n'est plus une nécessité selon les situations grâce à :- l'évolution des techniques adhésives.- l'évolution des inlays/onlays céramiques ou composites réalisés en laboratoire ou CAD-CAM, le développement des endo-couronnes.Toutefois le tenon reste fortement conseillé dans certains cas en fonction de la position de la dent et de la dentine coronaire résiduelle. L'évolution des matériaux nous pousse de plus en plus à choisir des tenons non métalliques.En effet le tenon non métallique assure :- une diminution du risque de fractures complexes.- un meilleur esthétique. La réelle discussion est de savoir :- comment évaluer si un tenon est nécessaire ou non : quelle est la position de la dent, comment est la racine, quel est le nombre de parois coronaires restantes, quelles est la dentine coronaire restante.- Quand un tenon n'est pas nécessaire quel type de restauration faut-il réaliser ? : un onlay céramique ou composite en laboratoire ou CAD-CAM, une endo-couronne, une facette céramique.- Quand un tenon est nécessaire, quel type de tenon choisir avec quel système adhésif ? comment préparer la racine au collage du tenon ?

Conférenciers

DR MICHEL GOLDBERG - Bilan de la matériovigilance
DR ROBERT REGARD - Sécurité sanitaire – Démarche Qualité
DR SAMUEL KLEINFINGER - Le point sur la traçabilité
DR PHILIPPE CALFON - Fonctionnement de la matériovigilance

imprimer