visuel-mediatheque

Quintessence

Environnement - 2001

Le psy, la dent et le dentiste. Et si on parlait utile ?

MC THERY-HUGLY

Les considérations psychologiques à propos de la sphère oro-faciale ne sont pas récentes. Précurseurs des pratiques actuelles, elles ont été à la fois utiles et décourageantes.Les nouvelles générations de chirurgiens-dentistes doivent faire face à un exercice plus contraignant. Les thérapies comportementales et cognitives et les techniques d’ affirmation de soi pour développer la deuxième compétence du praticien, la compétence relationnelle ne sont pas innées, elles s’apprennent. Savoir motiver, savoir formuler une demande, un refus, répondre à une critique, informer, convaincre, éviter ou gérer des conflits, optimisent la qualité de vie du praticien et du patient et sont une aide directe au traitement. Savoir reconnaître une psychopathologie et être capable de soigner ses patients difficiles est du devoir du chirurgien-dentiste : la prévalence des patients présentant une psychopathologie est de plus en plus importante. D’autres patients, en situations particulièrement difficiles de soins, attendront du praticien un véritable accompagnement psychologique. On a beaucoup parlé de symbolisme, de relation thérapeutique, d’image, de communication, d’humanisme, de pourquoi … et si enfin on disait : comment , et si enfin on parlait utile ?

Dr Hervé Tassery - L'intérêt pour la dentisterie à minima, en terme de concept et d'applications, demeure encore trop souvent anecdotique pour la majorité de nos confrères. En effet l'aspect chronophage, les difficultés opératoires et de valorisation de l'acte ainsi qu'une une nomenclature peu favorable réduisent les bonnes volontés et efforts de chacun. Néanmoins elle n'en est pas moins intéressante et en terme de santé public, elle représente le but ultime de la dentisterie non iatrogénique. La préservation maximale des tissus dentaires est une approche moderne, éthique et valorisante pour le dentiste et pour le patient. Les objectifs de cette lecture seront d'évaluer l'apport des nouveaux outils de diagnostic et traitement, basés sur le principe de la fluorescence, de la transillumination et autres procédés appliqués à la dentisterie à minima. Les traitements à minima de type 1 ou sans aucune préparation (vernis, résine d'infiltration, nouveaux sealant) et de type 2 avec préparation à minima (Slot, préparations adhésives) seront décrits en détails : matériels et matériaux, dans le cadre d'une approche interactive et pédagogique. Notre approche clinique via le concept LIFEDT (Light Induced Fluorescence Evaluator for Diagnosis and Treatment ) se veut concrète et simple pour le plus grand bénéfice de nos patients.Dr Anthony Atlan - Nous assistons aujourd'hui à une augmentation du nombre de patients qui consultent pour raisons esthétiques dans les cabinets dentaires. Parmi les motifs de consultation, nous pouvons retrouver les taches blanches de l'émail. Elles sont le signe de pathologies dentaires de forte prévalence. Elles ont pour origine :Soit une perturbation de l'amélogénèse (Fluorose, Hypominéralisation incisivo molaire, Hypominéralisation traumatique).Soit l'attaque acide par la maladie carieuse à l'origine de lésions appelées « white spot ».Si parfois ces zones opaques sont à peine visibles, dans d'autres situations, elles peuvent être à la base d'une perturbation de l'image de soi et des relations à distance sociale.Jusqu'à ces aujourd'hui, le traitement consistait à :- éliminer la zone d'émail lésé à l'aide d'une instrumentation rotative par une technique dite de microabrasion - Ou à éliminer la zone lésée en profondeur et restaurer la zone par une résine composite- Ou enfin dans les cas plus sévères, à recouvrir la ou les dents à l'aide de facettes en céramique.Dans ces 3 cas, le traitement impose l'élimination mécanique de tissu dentaire, ce qui ne va pas dans le sens du concept de préservation tissulaire, pierre angulaire de la dentisterie moderne.Afin de proposer une solution moins mutilante, il a été suggéré d'utiliser une technique dite d' « érosion infiltration ». Cette technique a été initialement proposée pour le traitement des lésions carieuses débutantes de l'émail. Elle repose sur l'idée de perméabiliser la lésion, puis de l'infiltrer à l'aide d'une résine. Un effet secondaire de cette infiltration est le masquage de la tache blanche. Ainsi la gêne esthétique est traitée en même temps que le processus carieux. Récemment, il a été proposé d'étendre l'indication à d'autres types de lésions...

Conférenciers

DR CHRISTINE MIRABEL SARRON - Connaissance de la psycho-patologie : à travers deux exemples : le patient dépressif, le patient phobique.
DR CHRISTIAN LOISEL - Des patients en détresse : l’épiprothèse
DR MARIE CLAIRE THERY HUGLY
DR PATRICK LEGERON - Chers patients … la relation utile.
DR CLAUDE HUGLY - Ce vieux Sigmund, ou l'art d'en dire, ou l'art dentaire.
DR GILLES BAILLET - En ODF : un test d'affirmation de soi, une aide à la réussite du traitement

imprimer