visuel-mediatheque

Quintessence

Endodontie - 1998

Nickel-Titane et préparation canalaire mécanisée : évolution ? révolution ? où en sommes-nous ?

Dominique MARTIN

Les alliages de Nickel-Titane possèdent la capacité de retrouver leur forme initiale après avoir subi une déformation importante sous l'effet d'une contrainte, contrairement à l'acier qui, à déformation égale, subit une déformation permanente : c'est le phénomène de superélasticité. Cette propriété, associée au mouvement de rotation, permet un meilleur centrage de l'instrument dans le canal et autorise une augmentation de la conicité instrumentale de façon à calibrer la préparation à la forme recherchée pour l'obturation. Cette nouvelle approche a profondément bouleversé nos habitudes instrumentales : quelles sont les règles d'utilisation de ces nouveaux instruments ? Quelles sont leurs indications ? Quelles sont les limites à ne pas franchir ?Nous vous proposons de faire un point actuel sur ces nouvelles techniques.

Dr. Stéphane Escure - La conception du châssis métallique doit être réalisée par le praticien. Il est le seul à pouvoir apprécier les appuis nécessaires et suffisants afin de lutter contre les mouvements de rotation et de translation inhérents à la nature même de la prothèse amovible partielle et respecter ainsi la triade de Housset (rétention, sustentation, stabilisation). Souvent, certains de ces appuis se heurtent au désir esthétique légitime du patient. Le but de cette communication est de décrire une démarche rationnelle de conception du châssis et les moyens possibles (types de crochets, prothèse fixée, implants) afin de respecter l'esthétique.Dr Amandine Leterme - La prothèse amovible supra-implantaire est une réponse aux exigences fonctionnelles et esthétiques que nos patients édentés complets ou partiels sont en droit de formuler. La mise en place d'implants associés à des systèmes d'attachements (barres ou attachements axiaux) améliore la rétention et la stabilité des prothèses amovibles, les rendant plus confortables pour nos patients. La conférence de consensus de la BSSPD (British Society for the Study of Prosthetic Dentistry) qui s'est tenue à York (Royaume Uni) en 2009 a d'ailleurs conclu à une augmentation significative de la satisfaction et de la qualité de vie des patients traités par prothèse amovible complète supra-implantaire.Le succès et la pérennité des prothèses amovibles supra-implantaires résident en partie dans le choix du système d'attachement. Celui-ci est déterminé par deux critères: les caractéristiques intrinsèques de l'attachement et la situation clinique rencontrée.Chaque système d'attachement doit répondre au cahier des charges suivant : o Simplicité (de la mise en ½uvre, du fonctionnement et de la maintenance) ;o Facilité d'insertion prothétique et d'entretien pour le patient ;o Volume réduit ;o Biocompatibilité ;o Efficacité rétentive initiale et maintenue au cours du temps ;o Fiabilité (réintervention et maintenance simple et rapide, activation et désactivation possible et aisée).A l'heure actuelle, nombreux sont les attachements qui tentent de répondre à ce cahier des charges. Cependant, aucun système ne peut prétendre s'adapter à toutes les situations cliniques. C'est pourquoi, le système de connexion doit également être choisi à partir d'une évaluation raisonnée de la situation clinique rencontrée. Plusieurs paramètres sont alors pris en compte :o Le type d'arcade (maxillaire/mandibulaire) ;o La forme de la crête mandibulaire (trapézoïdale/curviligne) ;o Le degré de résorption et la qualité osseuse ;o La position des piliers implantaires ;o La distance entre les implants ;o L'espace prothétique disponible ;o Le parallélisme ;o L'orientation des axes du système de connexion par rapport à l'axe prothétique et au plan d'occlusion ;o L'évolutivité de la prothèse ;o Le coût.Ainsi, le système d'attachement idéal pour une situation clinique donnée est choisi pour ses caractéristiques intrinsèques et sa capacité à répondre aux spécificités de la situation rencontrée.Dr Sébastien Baixe - La CFAO s'est particulièrement développée ces dix dernières années en prothèse fixée grâce aux progrès des performances informatiques et des différentes machines-outils. Toutefois, elle est encore peu présente en prothèse amovible car de nombreux paramètres ont limité son développement : grands volumes à modeler, formes complexes à reproduire, matériau dur à usiner... Les performances informatiques n'étaient pas assez bonnes au début des années 2000 pour créer un logiciel capable de modéliser un châssis par ordinateur. Le coût des différentes machines et les habitudes de laboratoire ont également limité cet essor.Récemment, la réalisation de prothèse à châssis a pu bénéficier de la CFAO. Un scanner optique numérise le maître-modèle en plâtre. A l'aide du logiciel de CAO, la modélisation du châssis est réalisée directement à l'écran sur le modèle virtuel. Ces données, sous format STL, sont envoyées à une machine de FAO qui réalise une maquette du châssis en matériau calcinable. Différents procédés existent pour obtenir cette maquette : impression 3D, usinage, stéréolithographie... Elle est ensuite traitée selon un procédé classique de cire perdue. Les étapes de finition du châssis restent similaires à une méthode conventionnelle. L'ensemble des étapes donnant lieu à une maquette constitue le prototypage rapide.La CFAO permet de s'affranchir de la duplication du maître-modèle et de la modélisation en cire du châssis. Elle évite des étapes technicien-dépendantes et onéreuses, et offre un gain de temps significatif au praticien et au prothésiste dans la réalisation des châssis métalliques. La précision d'adaptation des châssis réalisés par CFAO s'avère très intéressante.La possibilité de modéliser les armatures de prothèse fixée et les châssis de prothèse amovible sur le même logiciel simplifiera les procédures en prothèse combinée. La technique de CFAO en Prothèse Partielle Amovible semble se diriger vers la réalisation directe en matériaux finis, sans passer par une maquette calcinable. Dr Xavier Ravalec - Le choix des dents prothétiques constitue l'un des piliers sur lesquels s'appuie la réussite d'un traitement par prothèse amovible. A l'esthétique propre de la dent retenue s'ajoute son intégration dans le parodonte prothétique, l'ensemble devant plus largement s'insérer harmonieusement dans le visage et le sourire du patient. Dans les édentements de faible étendue, le choix de la teinte, de la forme, de la dimension et le montage des dents prothétiques sont conduits en se référant aux dents adjacentes et antagonistes restantes.Dans les édentements de grande étendue, les critères retenus sont ceux de la prothèse amovible complète, associant observation des dents restantes et dentogénique (sexe, personnalité, âge), le choix final devant répondre aux exigences du patient.A ces paramètres esthétiques s'associent les impératifs bio-mécaniques (axe d'insertion, choix et mise en ½uvre des dispositifs de rétention tels que les attachements et les crochets) et les impératifs fonctionnels (schéma occluso-prothétique) nécessaires à l'équilibre de la prothèse amovible et à la pérennité de la restauration prothétique.

Conférenciers

DR WILHELM JOSEPH PERTOT - La dynamique instrumentale : la rotation, pourquoi, et comment ?
DR LAURENCE JORDAN BENNER - Avantages des instruments Nickel-Titane en endodontie.
DR DOMINIQUE MARTIN - Nickel-Titane et préparation canalaire mécanisée : évolution ? révolution ? où en sommes-nous ?
DR GHASSAM M YARED - Evaluation clinique du risque de fracture instrumentale.
DR J WEBBER - Utilisation clinique : l'instrumentation rotative en Nickel-Titane, concepts et applications cliniques.

Bibliographie

A use hypothesis for 55 Nitinol wire for orthodontics.
ANDREASEN G.F., BRADY P.R. - - 1972
Angle Orthod, 1972 ; 42 (2) : 172-177
A radiographic comparison of two root canal instrumentation techniques.
BACKMAN C.A. and al. - - 1992
J Endod, 1992 ; 18 : 19-24
Comparison of debris extruted apically : conventionnal filing versus ProFile .04 taper series 29.
BEESON T., HARTWELL G. - - 1996
J Endod, 1996 ; 22 : 212
Endodontie, le choc des technologies : de vieilles réponses à de nouveaux problèmes.
BEN JOHNSON W. - - 1994
Congrès de l'Association Dentaire Française, Paris, 1994
Qualitative comparison of two NiTi rotary file systems to hand filing.
FRICK K., WALIA H., DEGUZMAN J., AUSTIN B.P. -
J Endod, 1997 ; 23 : 273
Utilisation raisonnée des ProFiles(r).
MACHTOU P., MARTIN D. - - 1997
Clinic, 1997 ; 18 : 253-260
Mac KENDRY D.J. - Comparison of endosonic, Roane and step-back filing instrumentation techniques : quantification of apically extruded debris. J Endod, 1990 ; 16 : 24-27
Mac SPADDEN J.T. - Une nouvelle approche pour la préparation et l'obturation canalaire : les instruments en Nickel-Titane. Rev Fr Endod, 1993 ; 1 : 9-19
PRUETT J.P., CLEMENT D.J., DUCANSON M.G. Jr. - Cyclic fatigue testing of nickel-titanium endodontic instruments. J Endod, 1997 ; 23 : 77-85
SABALA C. and al. - Instrumentation of curved root canals using a modified tipped instrument : a comparison study. J Endod, 1988 ; 14 : 59-64
SHORT J.A., MORGAN L.A., BAUMGARTNER J.C. - A comparison of canal centering ability of four instrumentation techniques. J Endod, 1997 ; 23 : 503-507
WALIA H., BRANTLEY A., GERSTEIN H. - An initial investigation of the bending and torsional properties of nitinol root canal files. J Endod, 1988 ; 14 : 346-351
imprimer