visuel-mediatheque

Quintessence

Odontologie restauratrice - 1998

La restauration de l'esthétique du sourire : de l'approche psychologique à la réalisation clinique

André-Jean Faucher

La dentisterie restauratrice adhésive, qui voit chaque jour le champ de ses applications grandir, permet de répondre aux exigences esthétiques des patients d'une manière positive et flatteuse.Mais l'esthétique n'est pas affaire de subjectivité ; au contraire elle répond à des règles fondamentales que l'on ne peut ignorer. Le but de cette conférence est d'offrir aux auditeurs une méthode d'approche fondée sur le respect des lois qui régissent l'esthétique, et qui prenne en compte les réalités cliniques, ainsi que les obligations de résultat découlant de ce type de traitement. L'approche psychologique, l'importance du diagnostic clinique potentialisé par la photographie, le projet esthétique et sa matérialisation et enfin sa traduction clinique seront, tour à tour, développés.

Dr Guillaume Campard - La chirurgie pré-prothétique joue un rôle majeur pour l'intégration esthétique et fonctionnelle des restaurations prothétiques, notamment dans le secteur antérieur. L'alignement des collets n'est pas facile à obtenir ; certaines erreurs ne pardonnent pas et peuvent compromettre un plan de traitement dans sa globalité. La démarche thérapeutique du praticien doit être basée sur des données anatomiques et biologiques collectées lors de l'examen clinique et radiographique initial. Le point de vue et les attentes du patient y sont impérativement associés, sous peine d'échec thérapeutique.L'évaluation des données cliniques telles que le biotype parodontal, le niveau et la qualité de l'attache et l'anatomie dentaire est un point de départ incontournable. Ces données sont ensuite confrontées aux impératifs biologiques parodontaux et prothétiques, afin de déterminer la faisabilité du projet de soins visant à aligner les collets, conserver ou recréer des papilles, rétablir une anatomie dentaire harmonieuse. Le plan de traitement peut alors être élaboré, en y intégrant différentes stratégies thérapeutiques. L'intérêt des chirurgies parodontales résectives, telles que les élongations coronaires, ou reconstructrices, telles que les greffes osseuses et de tissus conjonctifs, doit être discuté et expliqué au patient.Cet exposé illustrera la démarche raisonnée que le praticien doit adopter dans de telles situations. Des notions anatomiques et biologiques seront rappelées puis quelques cas cliniques illustreront différentes situations thérapeutiques. Dr. Benoît Brochery - L'avulsion dentaire s'accompagne inévitablement d'une résorption tissulaire (tissu osseux et tissu mou) tant dans le sens horizontal que dans le sens vertical à l'origine d'une concavité vestibulaire (Tan et al 2012). Ce phénomène biologique bien décrit depuis l'avènement de l'implantologie est aussi à prendre en considération en prothèse conventionnelle dans la gestion parodontale des intermédiaires de bridge. En effet, l'adaptation d'un pontique de bridge sur une crête édentée se doit de répondre aux critères fonctionnels, esthétiques et prophylactiques de la zone traitée et donner l'impression d'une émergence trans-gingivale du pontique. Pour cela, la gencive recouvrant la crête édentée doit être en continuité avec le parodonte des dents adjacentes dans les plans coronal et frontal et avoir un bombé identique dans le plan sagittal. La prise en compte de ces défauts tissulaires est assez ancienne puisque dès 1983, Siebert propose une classification : les défauts de type 1 qui présente une perte horizontale, les défauts de type 2 qui présente une perte verticale et les défauts de type 3 qui combinent une perte horizontale et verticale. Il apparaît clairement que les défauts de type 1 sont plus facilement traitables que les défauts de type 3. Outre la topographie du déficit, le type de tissu perdu est essentiel : tissu dur ou tissu mou. En effet, il est pratiquement impossible de corriger un déficit osseux important uniquement par un apport de tissu mou.L'évaluation de la faisabilité, du pronostic, du résultat doit prendre en considération la topographie et le type de défaut. Ce qui permet de déterminer le volume et le type de tissu à reconstruire, le protocole chirurgical, le design de restauration provisoire et la chronologie de traitement.Ainsi les techniques de reconstruction des crêtes édentées se divisent en 2 groupes : 1) les techniques d'augmentation des tissus mous incluant les greffes de conjonctif enfoui, les lambeaux pédiculés, les punchs et 2) les techniques d'augmentation des tissus durs incluant la régénération osseuse guidée et la préservation d'alvéoles d'extraction.L'adaptation de la technique à la situation clinique permet d'obtenir une intégration biologique et fonctionnelle idéale de la prothèse fixe d'usage.Dr Delphine Tardivo - Le premier objectif de cette communication est de faire le point sur les éléments du diagnostic essentiels dans le choix des techniques de chirurgie plastique parodontale associées à des réhabilitation prothétiques esthétiques. Le premier des éléments fondamentaux de l'examen clinique parodontal dans le cadre de doléances esthétiques est le type de sourire. En effet, il s'avère que les lignes de sourire basses sont plus fréquentes en sourire naturel, alors que le taux de lignes de sourire hautes augmentent en sourire forcé. Pour cette raison, le praticien doit procéder au recueil rigoureux de certains éléments lors de son examen. Dans un premier temps, certains facteurs généraux, à l'origine de troubles de la vascularisation terminale (pathologies générales, habitudes nocives...) sont à noter. Dans un second temps, le questionnaire du patient et son examen clinique conjoint doivent permettre d'identifier les facteurs étiologiques et les facteurs de risque (brossage traumatique, habitudes nocives, prothèse inadaptée, etc...) des défauts parodontaux dans le secteur esthétique prothétiquement réhabilité. Dans un second temps, un examen clinique attentif du parodonte doit révéler la présence de fentes de Stillman, signe d' évolutivité des lésions parodontales, mais aussi de facteurs iatrogènes, tels que des préparations prothétiques sous-gingivales qui ne respectent pas l'espace biologique ou qui lèsent le système d'attache, essentiellement en présence d'un tissu gingival fin. Cette analyse devra tenir compte de la prise en charge thérapeutique du patient dans son ensemble : des mouvements orthodontiques exagérés ou des incisions de décharges mal situées lors d'une chirurgie peuvent également constituer des facteurs étiologiques iatrogènes de défauts parodontaux dans des zones esthétiques où un traitement prothétique est ou a été mis en oeuvre. De la même façon, un examen minutieux de la position des freins est nécessaire : les freins qui s'insèrent près de la gencive marginale exercent une traction en direction apicale et peuvent être une entrave à l'hygiène bucco-dentaire, essentielle dans les secteurs prothétiquement réhabilités. Le diagnostic complet des défauts parodontaux et le pronostic de leur correction ne pourra se faire sans une parfaite connaissance de ces différents éléments.Dans une seconde partie, différentes techniques chirurgicales de réhabilitation parodontales dans des zones prothétiques esthétiques seront présentées au travers de cas cliniques illustrant indications, mise en ½uvre, résultats, avantages et inconvénients de chacune. Les différentes techniques de greffes de conjonctif enfoui, mises en ½uvre après un prélèvement conjonctif palatin suivant la technique de Bruno modifiée, qui sera elle-même illustrée, seront les plus développées. Seront notamment ainsi décrites la technique associant greffe de conjonctif enfoui et lambeau positionné coronairement, la technique de Bruno et celle de l'enveloppe. Enfin, dans le cadre de récessions sur des dents adjacentes, seront développées les techniques du Tunnel et de Zuchelli et De Sanctis, qui propose la mise en ½uvre d'une association particuliĂšre de tracĂ©s d'incisions et de dissections en Ă©paisseurs partielles et totales pour un positionnement coronaire du lambeau par rotation des papilles, permettant de parvenir à un résultat esthétique final optimal.

Conférenciers

DR PIERRE SOUBAYROUX - Le projet esthétique et sa matérialisation.
DR MARIE HELENE MAKARIAN - Les règles fondamentales de l'esthétique.
DR GILLES KOUBI - Le projet esthétique et sa matérialisation.
DR JEAN LOUIS BROUILLET - La traduction clinique : méthodologie opératoire.
DR MICHELE GUINDOS - La traduction clinique : méthodologie opératoire.
DR MICHELE GUINDOS - Le protocole photo et son importance dans l'établissement du diagnostic et du plan de traitement.
DR MARIE HELENE MAKARIAN - L'esthétique du sourire et ses implications psychologiques.
DR JEAN CHRISTOPHE PARIS - Les règles fondamentales de l'esthétique.
DR JEAN CHRISTOPHE PARIS - L'esthétique du sourire et ses implications psycholohiques.
DR DENIS LUCCI - Le protocole photo et son importance dans l'établissement du diagnostic et du plan de traitement.
DR ANDRE JEAN FAUCHER - La restauration de l'esthétique du sourire : de l'approche psychlologique à la réalisation clinique

Bibliographie

Visual perception and denture esthetics.
LOMBARDI R - 1973
J Prosthet Dent, 1973 ; 29 : 352-382
De l'esthétique du sourire et de ses implications psychologiques. La dentisterie esthétique : une façon de voir avant tout.
PREVOST A.P., BOURASSA M. - 1987
A.O.S., 1987 ; 158 : 195-210
Standardization in dental photography.
FREEDMAN G.A. - 1989
Compendium, 1989 . 10 (12) : 682-684
Facettes provisoires en prothèse conjointe.
FAUCHER A.J., MAGNEVILLE B., WATINE F., KOUBI G., BROUILLET J.L. - - 1994
Real Clin, 1994 ; 5 (1) : 25-33
Une nouvelle céramique : L'EMPRESS"."
ALLARD Y. - 1991
Real Clin, 1991 ; 2 : 477-488
Approche esthétique d'une réhabilitation orale.
LAMBRUSCHINI G.M., PARIS J.C., CASU J.P. - 1996
Cah Prothese, 1996 ; 94 : 4-24
imprimer