visuel-presse-communication


Haut

Recherche



L'Institut français pour la recherche odontologique (Ifro)
Version : 2003
Auteur : Michel Goldberg

L’Ifro a été créé en mars 2000 et, dès octobre 2000, son Conseil scientifique attribuait les huit premières bourses de recherche.
Depuis, chaque année, huit à neuf bourses ont été régulièrement données, bourses individuelles pour la plupart, et bourses de soutien à un projet de laboratoire pour quelques autres. Une manne de plus de 300 000 euros a été ainsi redistribuée aux acteurs de la recherche odontologique.

L’Ifro a été fondée avec pour but essentiel de promouvoir et soutenir la recherche effectuée en France. En effet trop peu de bourses sont données aux jeunes doctorants. Fort peu de structures permettent d’obtenir une bourse de soudure en attendant une nomination. Rares sont les possibilités de donner un support financier à un jeune chercheur étranger venant travailler pour un an dans un laboratoire français. C’est pourquoi l’Association dentaire française a ainsi largement contribué à fonder l’IFRO, puis à lui donner une dotation annuelle. Nous avons réussi à intéresser un certain nombre d’industriels, intervenant dans le domaine pharmaceutique, dans celui de la prévention et de l’hygiène bucco-dentaire et enfin dans celui des biomatériaux dentaires. Trois commanditaires ou « sponsors » majeurs se sont joints au financement annuel de la structure. Il s’agit de Pierre Fabre, de Lever-Fabergé et de Gaba. Se sont également associés à cette mission, Colgate, 3M Santé, GC et Sanofi. Grâce à leur soutien, nous avons pu attribuer des sommes qui constituent actuellement le plus fort soutien à la recherche odontologique.

L’attribution des bourses se fait, pour chaque dossier, sur la base d’une évaluation par deux rapporteurs. L’un des deux rapporteurs fait partie du Conseil scientifique de l’IFRO constitué de personnalités indiscutables des structures de recherche universitaire française et européenne francophone (cf. liste ci-dessous). L’autre est un rapporteur externe, choisi pour sa compétence particulière dans le domaine de recherche du dossier étudié. En séance, les avis sont discutés et l’évaluation finale est effectuée. Le Conseil d’administration prend la décision finale et, devant les arguments présentés pour chaque dossier, entérine l’ordre d’attribution des bourses.
Comme il ne s’agit pas de distribuer en vain, mais de soutenir des chercheurs et des projets, les candidats retenus en 2002 vont présenter les résultats de leurs travaux, lors du Congrès de l’ADF le mercredi 26 novembre, avec une conférence d’ouverture sur les nouvelles thérapeutiques d’ingénierie tissulaire appliquées au domaine dentaire.
Les récipiendaires remettront à cette occasion un article faisant le point sur leurs résultats, qui sera publié dans un numéro spécial des Cahiers de l’ADF. Ainsi sommes-nous certains que l’argent donné a été utilisé à des fins utiles.

Nous allons nous réunir pour la cinquième fois et discuter des bourses qui seront attribuées pour 2003-2004. Comme chaque année, entre 19 et 23 dossiers seront analysés, et nous allons choisir sur des critères exclusivement scientifiques 8 ou 9 dossiers. La qualité des demandes rend cette tâche difficile. Nous espérons que d’autres industriels viendront rejoindre les rangs de nos fidèles mécènes afin de renforcer et d’étendre notre action, soit en augmentant la dotation annuelle des bourses, soit en augmentant leur nombre.

 
 
 
imprimer