visuel-presse-communication


Haut

Dentisterie Restauratrice



Restaurations esthétiques chez l'adulte : facettes céramiques
Version : 2004
Auteur : Pascal Zyman

RESTAURATIONS ESTHÉTIQUES CHEZ L'ADULTE : FACETTES CÉRAMIQUES
Séance A13 du mercredi 24 novembre 2004 - 14h30 à 17h30 et B22 du jeudi 25 novembre 2004 - 9h30 à 12h30

LES FACETTE CÉRAMIQUES : UNE TECHNIQUE SÛRE POUR OBTENIR DE BELLES DENTS BLANCHES

L’esthétique et la beauté, au même titre que le bien-être, font aujourd’hui partie intégrante de la santé, comme le souligne la charte de l’OMS. L’homme moderne désire non seulement se garder en bonne santé mais aussi embellir son corps pour suivre les canons esthétiques de la mode. Le corps, véritable marqueur culturel de la personnalité, est devenu un capital qui doit être entretenu et exposé et le visage est la partie la plus exposée de notre corps. Une enquête américaine publiée en 1996 mesurait l’influence de différents facteurs sur les phénomènes d’attirance physique. Elle a mis en évidence certains facteurs prédominants avec les pourcentages suivants : dents 76%, sourire 75%, lèvres 73%, yeux 63%, nez 58%. Etes-vous heureux de votre sourire ? Cette question pouvait paraître stupide il y a encore une dizaine d’années mais aujourd’hui un grand nombre de patients ne consultent plus pour une douleur dentaire mais pour avoir de « belles dents ». Cette quête du beau est un remède contre la déprime, la morosité ambiante et un beau sourire peut attirer et séduire le regard des autres. Il existe aujourd’hui des techniques fiables et très efficaces pour corriger les imperfections de la nature ou effacer les cicatrices du temps. Dans les traitements modernes, le chirurgien-dentiste recherche toujours la technique la moins mutilante et la plus conservatrice des tissus dentaires. - Ainsi l’éclaircissement, dit blanchiment des dents, est souvent indiqué et répond à la demande des patients dans de nombreuses situations cliniques. - Parfois l’éclaircissement doit être associé à d’autres techniques pour corriger le défaut et il faut faire appel à des solutions prothétiques. Dans ce cas, les facettes en céramique seront beaucoup plus économes de tissus que les couronnes.

LA TECHNIQUE DES FACETTES

Les facettes sont de fines lamelles de céramique de 0.4 à 0.8 mm d’épaisseur collées directement sur la partie visible de la dent par le chirurgien-dentiste, après une étude préliminaire pour montrer au patient les possibilités de traitement. Une maquette en résine peut être réalisée et positionnée en bouche pour visualiser le résultat espéré. La dent qui reçoit la facette céramique est préparée. La géométrie (ou design) de la préparation, est précise et minutieuse et répond à des critères mécaniques et fonctionnels afin de stabiliser la facette sur la préparation. Une empreinte est ensuite prise et traitée au laboratoire de céramique. Le céramiste réalise la facette en tenant compte des critères de couleur et de forme déterminée par le praticien. Les possibilités offertes par les facettes sont nombreuses. Elles permettent de résoudre les problèmes suivants : - dyschromie sévère ne disparaissant pas après éclaircissement (par exemple la coloration provoquée par la prise de tétracyclines), - défaut minime d’alignement, - écart important dû à un mauvais rapport longueur / largeur de la dent, - imperfection de l’émail des dents. Les facettes céramiques ne se colorent pas. Elles sont très bien tolérées par la gencive. Les propriétés optiques sont si proches de celles de la dent après le collage de la facette qu’elles deviennent invisibles dans leur environnement. Les facettes permettent de rallonger, d’élargir et d’éclaircir les dents antérieures. Les études cliniques ont montré que leur fiabilité à long terme est maintenant bien établie surtout grâce aux progrès des techniques adhésives. Mais cette pérennité n’est obtenue qu’au prix d’une grande rigueur tout au long des différentes étapes de préparation, d’élaboration au laboratoire et de collage. Ainsi, un traitement avec des facettes céramiques nécessite une approche très personnalisée du patient et exige beaucoup de temps, de compétences, voire de virtuosité, de la part du praticien et du céramiste.

Source : Docteur Pascal Zyman

 
 
 
imprimer