visuel-presse-communication


Haut

Odontologie conservatrice



Conserver la dent : une idée plus que jamais d'actualité
Version : 2007
Auteur : Frédéric Bukiet

La pathologie carieuse et ses conséquences, les traumatismes bucco-faciaux, les maladies parodontales (qui concernent les tissus de soutien des dents) constituent les exemples les plus fréquemment impliqués dans la perte des dents. Il s’agit donc le plus souvent soit d’un problème biologique, lié à la présence de bactéries pathogènes, soit d’un problème mécanique quand la dent perd une partie de sa résistance (par exemple suite à une fracture).

S’il est légitime de s’interroger sur les causes qui peuvent aboutir à la perte de l’organe dentaire, qu’en est-il des traitements (préventifs ou curatifs) à mettre en oeuvre afin de préserver les dents ?

PERTE DES DENTS, QUELLES CONSEQUENCES, QUELS TRAITEMENTS ?

La perte des dents peut générer, en fonction des situations, une gêne fonctionnelle plus ou moins sévère associée éventuellement à un préjudice esthétique. Se pose alors le problème du choix thérapeutique de remplacement de la dent perdue : la solution idéale n’existe pas, qu’il s’agisse d’un bridge, d’un implant ou d’une prothèse amovible. À titre d’exemple, les implants, très médiatisés notamment en raison des progrès constants, présentent l’avantage de permettre le remplacement d’une ou plusieurs dents sans avoir à « fraiser » celles qui bordent la zone édentée. Cependant, il n’est pas toujours possible d’ « implanter » et il n’existe à ce jour et pour ce type de soins, aucune prise en charge par la sécurité sociale (obstacle évident pour l’accès à certains patients).

D’autre part, l’excellent pronostic des traitements implantaires ne doit en aucun cas aboutir à des extractions injustifiées. Pour toutes ces raisons, conserver ses dents naturelles le plus longtemps possible doit demeurer un objectif de santé prioritaire.

DIFFERER AU MAXIMUM L’EXTRACTION GRACE AUX EVOLUTIONS TECHNOLOGIQUES

L’arsenal thérapeutique du praticien (soins préventifs, parodontie, dentisterie restauratrice, endodontie, orthodontie) permet de maintenir les dents sur l’arcade et de différer au maximum l’extraction. En effet, les progrès, qui résultent d’une meilleure compréhension des différentes pathologies mais également et surtout des évolutions technologiques, sont continuels et variés dans ces différentes disciplines de la chirurgie-dentaire. Nous pouvons citer comme exemples, le développement des instruments ultrasonores, des aides visuelles (microscope opératoire), des biomatériaux (composite ou céramique) et des systèmes adhésifs...

CONSERVER OU EXTRAIRE ?

La décision de conserver ou d’extraire une dent découle donc d’un examen clinique et radiographique minutieux en prenant en considération le patient dans sa globalité. Nombreux sont les patients qui souhaitent conserver leurs dents le plus longtemps possible. La dentisterie moderne peut permettre d’atteindre cet objectif de façon plus reproductible.

 
 
 
imprimer