visuel-presse-communication


Haut

Gérodontologie



Soins dentaires et patients agés
Version : 1997

Des choix thérapeutiques adaptés à l'état de santé des patients

La population française vieillit, l'amélioration des soins médicaux, de l'hygiène se traduit par l'augmentation incontestable de la durée de vie actuellement de 78,5 ans pour les hommes et 82 ans pour les femmes.
Devant cette réalité, aborder le rôle de la chirurgie dentaire chez les patients âgés pose un certain nombre de questions :
- A partir de quand un patient est-il considéré comme "âgé" ?
Il ne s’agit en aucune façon de lier l'âge physiologique et l'âge de l'état civil. Cependant, cette différence tend à s'estomper au fur et à mesure que les années augmentent.
- Quel est l'état de santé du patient ? Il s'agit là de différencier évolution physiologique (la résorption osseuse, les altérations dentino pulpaires), des troubles organiques (problèmes cardiaques, respiratoires), et des troubles psychiques (parkinsonisme, Alzeimer).
- Quelles sont ses espérances, volontés, exigences fonctionnelles et esthétiques ?

Il convient de répondre à ces exigences thérapeutiques en tenant compte des réalités physiologiques du patient.

- Les patients autonomes

Chez les patients coopératifs et autonomes, les choix thérapeutiques du praticien sont pratiquement aussi nombreux que chez des patients plus jeunes. Les seules restrictions découlent d’éventuelles altérations organiques.

Les traitements conservateurs actuels permettent de conserver et de restaurer de manière parfaite les dents restantes. Les procédés de collage, les nouveaux matériaux composites autorisent des traitements rapides, sûrs, peu invasifs et esthétiques.
Les prothèses fixées, couronnes, bridges trouvent totalement leurs indications chez les patients, ayant une parfaite autonomie de déplacement.

Dans certains cas, la perte partielle ou totale des dents impose la mise en place de prothèses amovibles. Les techniques actuelles, éprouvées permettent au praticien de réaliser des restaurations prothétiques totalement adaptées. Cependant, l'acceptation par le patient de cet état de fait est souvent difficile en raison du caractère de frustration et d'inconfort qu'éprouve le patient.
L'implantologie s’avère alors la solution, soit d'appoint, soit essentielle :
d'une part pour stabiliser des prothèses amovibles partielles ou complètes mandibulaires ou plus rarement maxillaires instables, et d'autre part, sous certaines conditions et réserves, dans le traitement des grandes pertes de substances consécutives à des traitements tumoraux.

- Les patients âgés "dépendants"

Les chirurgiens dentistes sont souvent confrontés à des patients qui présentent des troubles d’ordre général, ce qui peut s'opposer à des réalisations complexes. Les traitements se devront d’être rapides, peu sophistiqués, efficaces, mais sûrs.
En effet, l'hygiène du patient demeure le facteur majeur du devenir des thérapeutiques. Les patients hospitalisés ou en maison de retraite perdent souvent cette notion essentielle, le personnel d’encadrement débordé ne pouvant pas prendre en charge ce contrôle. Il importe donc au praticien d’adapter ses choix thérapeutiques non seulement aux conditions physiologiques du patient mais aussi à son cadre de vie.

 
 
 
imprimer