visuel-presse-communication


Haut

Dentisterie Restauratrice



La carie dentaire
Version : 1997

La carie dentaire est une maladie bactérienne non spécifique qui entraîne une destruction progressive des tissus durs de la dent par déminéralisation et désorganisation de ses structures. Les bactéries présentes dans le milieu buccal colonisent les surfaces dentaires pour former "la plaque". Au sein de cette plaque, le métabolisme bactérien des sucres alimentaires produit des acides qui déminéralisent les tissus calcifiés de la dent. Ces tissus sont constitués de phosphate de calcium et plus précisément de cristaux d’hydroxyapatite.

Une maladie très "ancienne" ...

La carie dentaire apparaît très tôt dans l'histoire de l'humanité. On a pu observer des caries sur dents humaines datant du Paléolithique et du Néolithique. Dans l’antiquité, les Egyptiens, les Grecs, les Phéniciens, les Etrusques en font état. Cependant, au cours des XIV-XVème siècles, il y eut une extension de cette maladie avec l'introduction dans l’alimentation humaine d’un sucre raffiné, le saccharose. Ce sucre a favorisé le développement d’une bactérie cariogène, le Streptococcus mutans ; ce dernier allait devenir prédominant dans la plaque cariogène du fait de sa plus grande capacité à utiliser le saccharose. Les populations qui ont consommé ce sucre plus tardivement comme les Esquimaux ou les Polynésiens ont été épargnés plus longtemps.

... mais en régression ...

Actuellement dans les pays industrialisés, notamment la France, la prévalence de la carie est en régression, et ceci est plus marqué dans les milieux de niveau socio- économique élevé à cause d’une meilleure hygiène et d’un suivi régulier des soins.

... aux causes multiples

Depuis les travaux de l’américain KEYES (1962), on sait que les facteurs étiologiques de la carie dentaire peuvent être regroupés en quatre grandes rubriques :
- le terrain
- les bactéries cariogènes
- les glucides fermentescibles
- le temps

Le terrain, c’est :

- l'individu, avec son capital génétique et ses capacités de défenses immunitaires.

- la dent elle-même, qui par la qualité des tissus qui la constituent, par la présence de zones anfractueuses comme les sillons, ou par le fait d’une mauvaise position de l’arcade, sera plus vulnérable à la rétention de plaque et donc à la carie.

- la salive, elle effectue un auto-nettoyage des surfaces dentaires. Son pouvoir tampon neutralise la production acide de bactéries. Elle contient des facteurs antibactériens, mais aussi des éléments minéraux qui peuvent reminéraliser les lésions débutantes. Selon les individus, la salive présente des variations de débit, de pH, de viscosité, de composition, qui conditionnent l’efficacité de son action.

Les bactéries cariogènes :

Actuellement, on connaît trois genres bactériens pathogènes pour les tissus durs de la dent : Streptococcus, Lactobacillus et Actinomyces. Parmi ces trois genres, il existe de très nombreuses espèces qui contribuent à rendre la flore buccale cariogène multiple et variée.

Les glucides fermentescibles :

Ces sucres (saccharose, glucose, fructose, lactose) sont apportés par l’alimentation mais leur mode de consommation conditionne largement leur pouvoir pathogène.

La prise de sucre au milieu d'un repas a peu d'importance, par contre la consommation en dehors des repas, la répétition des prises, le fait que l'aliment stagne en bouche sont autant d'éléments néfastes car ils entretiennent un milieu buccal acide, favorable à une déminéralisation et à une destruction des tissus durs de la dent.

Pour lutter contre la carie :

- l'hygiène dentaire favorise l'élimination de la plaque dentaire et donc des bactéries responsables du processus carieux,

- le fluor utilisé localement (dentifrices, bains de bouche, gels, vernis, comprimés), il permet d'agir efficacement contre la carie.

Au contact de la dent, le fluor réduit la solubilité de l'émail en milieu acide. Au niveau des bactéries, il inhibe le métabolisme glucidique des bactéries acidogènes de la plaque, c'est-à-dire qu'il freine la production acide responsable de la carie dentaire.

 
 
 
imprimer