visuel-presse-communication


Haut

ODF



L'orthodontie
Version : 1997

L’orthodontie correspond aux actes qui visent à "...replacer les dents droites...". Il se traduit le plus souvent par un appareillage fixe, métallique, qui fait briller les sourires des jeunes adolescents de 12-13 ans.
En fait, l'orthodontie, terme le plus couramment employé maintenant, correspond à tout un ensemble de thérapeutiques s’appliquant aussi bien chez le tout jeune enfant de 6 ans que chez l’adulte déjà édenté de 70 ans. Leur dénominateur commun est de réharmoniser les dents entre elles au sein d’un contexte musculo-squelettique équilibré.

- Orthodontie chez l'enfant

Les malpositions dentaires peuvent se manifester dès l'évolution des incisives permanentes à 6-7 ans. Elles peuvent traduire un déséquilibre squelettique (décalage entre maxillaires et mandibule), musculaire (interposition linguale, béance labiale), fonctionnel (ventilation orale, succion du pouce). Dès ce moment, un traitement par appareillage amovible peut être mis en oeuvre, pour une période dite d'interception qui se situe, selon les pathologies, entre 6 et 9 ans. Le but de ce traitement précoce est de réduire les dysharmonies squelettiques, de traiter les dysfonctions musculaires afin que l'éruption des dents restantes et le développement de l'enfant se poursuivent dans un contexte harmonieux. A ce stade, les traitements iront du simple meulage des dents temporaires pour guider l'occlusion à la pose d'appareillages orthopédiques.

A 12 ans, toutes les dents permanentes (ou presque) sont présentes : c'est la période où l'on rencontre le plus de "multibagues". Les décalages dentaires, les encombrements... font l'objet de traitement par appareillages fixes. C'est l'âge des sourires métalliques, des élastiques... aboutissant ; pour les adolescents sérieux, à des arcades dentaires parfaitement équilibrées et alignées.
La pose de ces appareillages peut suivre une période d'interruption, puisque tout le matériel dentaire doit être pris en compte dans un traitement, et que son éruption peut tarder, parfois jusqu'à 14 ans.
Pour certains patients, les décalages squelettiques sont parfois trop importants pour être traités uniquement par compensation dentaire. Alors intervient la chirurgie orthognatique vers 15 ans : le chirurgien maxillo-facial et l'orthodontiste mettent en place des protocoles rigoureux qui sont bien établis maintenant.

- Chez l'adulte

L'adulte peut être amené, pour de multiples raisons, à consulter un orthodontiste.
A 20 ans ou plus, parce que, étant jeune, il n'a pu ou n'a pas voulu recevoir un traitement, ou qu'il n'était pas prêt pour une chirurgie orthognatique qu'il accepte maintenant.
A 40-50 ans, les raisons sont diverses :
* Le patient a "mal" aux articulations et l’orthodontie fait partie de l’arsenal thérapeutique.
* La maladie parodontale a favorisé la migration des dents qu’il faut repositionner avant de les contenir.
* La réhabilitation prothétique fixée, avec ou sans implants, nécessite une orthodontie initiale.
* La pose de prothèses totales ou subtotales demande un équilibre squelettique qui ne peut être donné que par la chirurgie.

Pour une grande part, la motivation du patient adulte repose sur l'esthétique .
A un moment de sa vie, un décalage ou des malpositions dentaires ont attiré son attention. Pour obtenir un sourire séducteur, il consultera un orthodontiste qui prendra en compte toutes les dysfonctions pour lui donner de belles dents et une bonne fonction.

L’orthodontie va prévenir peut-être, guérir sûrement, à condition que le diagnostic soit bien posé et la thérapeutique adaptée
La nécessité du traitement doit être comprise et celui-ci parfaitement accepté.
Les "auxiliaires" thérapeutiques comme les élastiques et les "appareils de nuit" doivent être portés, et les visites au cabinet régulières. Un traitement, qui demande parfois des extractions de dents permanentes, c’est une aventure de 2 ou 3 ans, par étapes ou non. Patient, praticien, voire parents, doivent les mener à bien ensemble.
Enfin des précautions d'hygiène et alimentaires sont indispensables.

 
 
 
imprimer