visuel-presse-communication


Haut

Environnement



L'équipe dentaire et les attentes des patients
Version : 2000
Auteur : Michel Pompignoli

COMMENT VALORISER DEMAIN L'EXERCICE DENTAIRE : L'EQUIPE DENTAIRE ET LES ATTENTES DES PATIENTS.


La profession de chirurgien-dentiste a suivi des évolutions plus que sensibles ces dernières années. Aujourd'hui elle est en train de subir une véritable transformation. Transformation dans la forme de son exercice au quotidien mais également dans l'éthique même de ce quotidien.
Les relations avec son environnement vont s'en trouver complètement modifiées. Avec leurs patients d'abord, mais aussi avec tous les acteurs qui participent à l'acte thérapeutique au sens le plus large possible, c'est à dire biologique et médical.

La société attend des praticiens des actes de qualité, des commissions existent pour définir chacun des gestes thérapeutiques, laissant de moins en moins de place à l'improvisation et donc à l'initiative clinique qui était la qualité des Maîtres d'hier. Ces commissions définissent les bons matériaux, les bons actes, et pourquoi pas demain, les bons praticiens. Le service qualité est devenu le discours entendu dans toutes les réunions.
Après une tendance essentiellement basée sur les soins, l'exercice du chirurgien dentiste comprend, aujourd'hui, une prise en charge globalisée des patients, allant de la prévention aux soins conservateurs et prothétiques jusqu'à la maintenance.
Il s'agit de prévenir, soigner et maintenir en bonne santé.

L'équipe dentaire, qui constitue une unité de plus en plus complexe et élargie, doit concentrer ses efforts pour s'inscrire dans cette évolution complexe -. répondre à la globalisation médicale de l'acte dentaire. Tous ses acteurs doivent conjuguer ses qualités et compétences pour le meilleur service au patient.

Le Congrès de l'ADF consacre une séance spéciale à ce sujet afin de préciser le rôle de chacun. Les orateurs définiront les conditions nouvelles et actuelles de leur discipline, en ayant toujours comme fil directeur le patient et la coordination de l'ensemble de l'équipe dentaire.

- Le contrat de santé dentaire, même s'il n'est pas une idée toute nouvelle, est devenu une entité à part entière. Il définit avec précision les relations qui s'établissent entre le soignant et le soigné et, demain, il va devenir une nécessité incontournable, il va dicter chacune de nos actions thérapeutiques en changeant complètement notre manière d'exercer.

Dans son esprit, il s'agit d'un contrat de maintien en bonne santé qui s'établit entre le praticien et son patient. Le praticien s'engage à conserver son patient en bonne santé dentaire en soignant ses diverses pathologies et en assurant la maintenance des traitements. Il informe également son patient sur l'évolution probable de ses maladies dentaires, tandis que le patient a lui aussi le devoir de s'engager à respecter les recommandations de son praticien traitant : soins, visites, hygiène...
Toute l'équipe soignante est impliquée dans cette nouvelle démarche.

- L'accueil des patients est l'origine de la confiance ou de la défiance qui va s'établir dès le premier contact et qui devrait perdurer pendant toute la durée des soins.
La confiance doit être établie d'emblée pour rassurer et favoriser la prise en charge des différents traitements. Les informations données par toute l'équipe dentaire ne sont pas toutes les mêmes en fonction du patient, de son âge, sa personnalité, le motif de sa consultation, sa situation économique et sociale.

- Le risque carieux n'est plus une fatalité qui entraîne la perte de l'organe dentaire. Les nouvelles thérapeutiques conservatrices entendent une prise en charge collective du patient devant ce risque considéré encore comme un fléau. Les méthodes de prévention appliquées par toute une équipe de praticiens en complète connaissance de ses propres compétences, révolutionnent l'approche de la notion même de la carie dentaire. C'est tout le volet de la motivation à l'hygiène dentaire qui s'applique ici : brosses, tests cliniques, révélateurs de plaque dentaire.

La médicalisation de l' activité dentaire, associée à l'évolution toujours plus spécifique des disciplines, réclame de plus en plus des actes spécialisés et qualifiés. La notion d'équipe dentaire prend ici une nouvelle dimension : celle de l'équipe soignante dirigée vers l'action de diagnostique, de décision et d'application des techniques thérapeutiques de plus en plus pointues.
Il faut un chef d'orchestre qui dirige chacun des instruments dans un objectif commun où chacun, conjuguant avec élégance ses propres qualifications, conduit au succès thérapeutique final.

Le plan de traitement est le script de tout traitement dentaire. Il permet de clarifier, de structurer une thérapeutique qui peut être longue, difficile. Le chef d'orchestre rassemble d'abord tous les éléments de la situation clinique (signes cliniques, examen complémentaires... ), il fait un diagnostic, il prend une décision thérapeutique et dirige le traitement dont il ne prend qu'une partie en charge. Il délègue l'autre partie à des «spécialistes» (chirurgiens, orthodontistes, prothésistes, assistantes dentaires ... ) et pose enfin un pronostic en fonction du résultat obtenu.

A titre d'exemples :

- La parodontie apparaît comme la discipline à même d'établir le plan de traitement destiné à engager le patient et l'équipe soignante dans une démarche médicale globale.

- L'endodontie touche à l'intégrité vitale de l'organe dentaire. C'est le premier acte qui amène l'effraction avec le milieu vivant L'acte thérapeutique du soin endodontique doit être hautement conservateur. Il va conditionner le maintien de l'organe dentaire dans le milieu biologique. L'endodontiste gère en plus la notion de douleur, tellement importante (une spécialité médicale est née pour traiter spécifiquement cette pathologie). Cette gestion de la douleur d'urgence en cabinet, qu'elle soit pré, per ou postopératoire est, et reste encore, la responsabilité d'une équipe cohérente et efficace.

- Les traitements prothétiques sont réparateurs en première intention. Mais ils ne consistent plus simplement à remplacer tout ou partie des organes dentaires disparus. S'ils doivent assurer les fonctions perturbées par la disparition des dents, ils ne doivent pas engendrer de pathologies nouvelles. Le patient doit conserver sa santé dentaire dans le cadre du contrat de santé dentaire. En outre, il devient essentiel, en plus de l'application des techniques toujours de plus en plus spécialisées, d'offrir au patient une solution qui lui convienne dans sa vie sociale, affective, fonctionnelle et économique. La mise en place d'un dispositif prothétique engendre tout un suivi médical qui doit envisager les vieillissements simultanés, des organes vitaux environnant et des produits et matériaux introduits dans l'économie biologique de l'individu.

Le praticien prothésiste travaille en collaboration très étroite avec le prothésiste dentaire qui se trouve impliqué à part entière dans la réussite globale du traitement. Il ne s'agit plus du tout du simple technicien appliquant sur un modèle en plâtre des connaissances techniques, mais un véritable collaborateur qui conjugue sa propre compétence avec celle du praticien dans le seul souci de répondre aux espoirs et attentes du patient.

Enfin, et toujours dans l'objectif de traitements de plus en plus précis et efficaces, de nombreuses disciplines, sont amenées à intervenir sur un même traitement pour un même patient. Le praticien, intervenant ponctuel, doit s'inscrire dans une action globale coordonnée par un praticien chef d'orchestre. Son action ne peut se contenter d'une intervention froide sur un patient à peine identifié. Il s'agit d'une véritable prise en charge globale qui doit montrer une continuité dans l'effort.

Le spécialiste, souvent le correspondant de plusieurs praticiens, doît adapter ses compétences en fonction des traitements proposés, mais aussi en fonction du praticien qui lui a adressé le cas clinique.

Il s'agit d'une forme d'exercice toute particulière qui réclame aussi la compétence spécifique de toute une équipe soignante, le patient réclamant une prise en charge indivisible de sa situation pathologique.

En conclusion :

L'odontologie est devenue un exercice de « spécialités » : chirurgie, implantologie, endodontie, orthodontie...
L'équipe dentaire au complet n'est plus aujourd'hui qu'un simple duo "dentiste-assistante", elle est devenue multiple et diversifiée, associant différentes habiletés pour assurer à nos patients le maintien de leur santé dentaire.

Source : Michel Pompignoli

 
 
 
imprimer