visuel-presse-communication


Haut

Environnement



Prise en charge du patient handicapé : la prévention
Version : 2000
Auteur : Dominique Droz-Desprez

Pour le patient handicapé, l'instauration de mesures préventives dès le plus jeune âge est indispensable pour :

- ne pas surajouter un handicap dentaire au problème de départ et abaisser au maximum le besoin de soins ; les études épidémiologiques mettant en évidence les difficultés de prise en charge des soins.

- éviter le risque infectieux et les surinfections respiratoires ou digestives, notamment à base de candidose chez ces patients parfois fragiles sur le plan médical.

- retarder l'apparition de maladies parodontales, sources d'infection, de douleur et de perte dentaire chez des patients parfois difficilement appareillables. L'âge, la dépendance, le handicap, la prise de médicaments, les problèmes musculaires, fonctionnels orthopédiques et orthodontiques favorisent l'apparition de ces problèmes.

- apporter hygiène et confort à des patients dépendants, rafraîchir la bouche, diminuer l'halitose mais aussi leur rendre le sourire !

Ces programmes doivent s'adapter aux possibilités du patient, son habileté manuelle, son niveau de compréhension et de dépendance, le mode d'alimentation, la prise de médicaments et ses possibilités de collaboration. Cette démarche implique tout l'entourage du handicapé, parents, personnel médical paramédical et le personnel soignant.

En France, l'instauration d'un programme de prévention dès le plus jeune âge des enfants handicapés se heurte à de nombreux problèmes : l'absence de prise en charge des actes de prévention, l'absence de formation du personnel des institutions, l'absence de reconnaissance du temps passé à réaliser des actes chez les patients plus difficiles.

Source : Dominique Droz - Desprez


PRISE EN CHARGE DU PATIENT HANDICAPE : LES ASPECTS MEDICO-DENTAIRES


Parmi les problèmes rencontrés lors de soins bucco-dentaires chez les personnes porteuses de handicaps, le praticien est confronté aux conséquences médicales liées aux pathologies et aux traitements médicaux. Ces problèmes peuvent se rencontrer à différents niveaux :
- risque physiologique
- risque épileptique
- risque infectieux
- risque d'interactions médicamenteuses et d'effets indésirables lors de prescriptions
- conséquences tissulaires des traitements :
- conséquences dentaires
- conséquences au niveau muqueux (par exemple, hyperplasie gingivale liée à la prise d'anti-épileptiques).

Les décisions et les actes des chirurgiens dentistes doivent tenir compte de ces données. Cela implique qu'il soit inclus dans l'équipe soignante. La discussion, le dialogue avec les autres membres de cette équipe sont une obligation.

Source : Jean-Louis Sixou

 
 
 
imprimer