visuel-presse-communication


Haut

Programme scientifique



La démarche Qualité : Chantier phare de l'ADF
Version : 2001
Auteur : Dr Christian Decloquement

La démarche Qualité dans le domaine de la santé

Le terme « Qualité » est devenu, dans toutes les sphères d'activités, un sésame auquel des vertus miraculeuses semblent s'attacher.

Le domaine de la santé n'y échappe pas. L'Organisation Mondiale de la Santé a défini une démarche qui doit permettre d'offrir des garanties à chaque patient. En particulier, proposer des actes de diagnostics et thérapeutiques qui leur assurera le meilleur résultat en terme de santé, conformément à l'état actuel de la science médicale, au meilleur coût pour le même résultat, et au moindre risque iatrogène.

La bonne appréhension d'une démarche qualité doit être tournée vers le patient qui souhaite des soins indolores, esthétiques pérennes, fonctionnels, dans des délais acceptables, et dans des conditions de sécurité aussi parfaites que possible.

Mais aussi vers les financeurs qui attendent des soins de qualité et au plus juste prix.

Enfin la collectivité qui attend que les professionnels mettent en oeuvre les moyens permettant de prévenir les maladies bucco-dentaires dans une perspective de long terme.

Toutes ces attentes doivent être intégrées dans une démarche qualité ; ce sont des objectifs fixés par l'ADF et son Congrès 2001 qui a pour thème « la qualité, valeur de référence ».

La démarche Qualité en odontologie : un chantier phare de l'ADF

La démarche Qualité de l'ADF a été initialisée en 1996 par la publication des « 72 recommandations » sur l'hygiène et l'asepsie au cabinet dentaire. Elle trouve comme suite logique, la rédaction d'une série de référentiels, concernant l'ensemble de la profession dentaire, par des groupes de travail réunissant praticiens libéraux, hospitalo-universitaires et chercheurs.
L'ADF se doit de fournir au chirurgien-dentiste des références lui permettant d'évaluer son niveau de qualité, tout en se fixant des objectifs. A chaque praticien de trouver les moyens d'atteindre ses objectifs, en définissant des procédures adaptées à ses conditions d'exercice.

Parmi les six référentiels déjà élaborés, deux référentiels importants seront présentés dans les séances du congrès : l'un concerne plus particulièrement le patient, l'autre aborde tous les problèmes d'environnement au cabinet dentaire.

- Le patient au cabinet dentaire
23 références regroupant les points clés, dans des domaines aussi variés que l'accueil, le confort de la salle d'attente et de la salle de soins, les informations à communiquer au patient sur le coût et la nature du traitement

- L'environnement et plus particulièrement la gestion des risques contaminants et polluants
19 références s'appuyant sur des textes officiels au niveau des risques polluant (élimination des déchets de soins, nuisances sonores, nuisances lumineuses, thermiques et olfactives) et sur les recommandations en matière d'hygiène et d'asepsie.

La sécurité sanitaire fait également partie des nouveaux référentiels présentés lors du Congrès 2OOl. En effet depuis 3 ans, la matériovigilance complète le marquage C.E. des dispositifs médicaux, pour constituer le pendant de l'autorisation de mise sur le marché et de la pharmacovigilance du médicament.

La sécurité sanitaire est une préoccupation constante du praticien et des consommateurs de soins, matérialisée par l'intégration de la traçabilité des produits de santé, dans la pratique libérale.

La qualité, valeur de référence est un état d'esprit individuel et un désir d'exceller. Il n'y a pas de « clé en main » dans ce Congrès, mais une approche basée sur la démarche qualité, dans un esprit pluridisciplinaire, visant à une approche globale du patient.

Source: Docteur Christian Decloquement

L'ENVIRONNEMENT DU CABINET DENTAIRE


- La relation praticien-patient

L'importance de la relation praticien-patient est reconnue depuis longtemps. Hippocrate soulignait déjà « qu'en matière de traitement, le praticien doit savoir interroger avec justesse, répondre aux interrogations et contredire à propos ».
Les patients sont de plus en plus informés, exigeants, adoptant un comportement de consommateurs. Ces mêmes patients ont « désacralisé » l'image du chirurgien-dentiste et demandent une relation « égalitaire », et ne se contentent plus d'une dentisterie technique, ils veulent une relation humaine. Le programme environnement a été bâti sur ce thème et les 7 séances qui le composent apportent des réponses pratiques pour une relation efficace avec les patients.
Le thème de la relation praticien-patient sera abordé sous deux aspects : Comment gérer les nouvelles obligations des praticiens? (séance AI 0) et Comment aborder le patient au cabinet dentaire : de l'accueil au dossier (séance A 25).

La qualité de la relation patient-praticien dépend beaucoup du premier contact avec l'équipe soignante. Vient ensuite la constitution du dossier dans lequel sont recueillies les données administratives ; les données bucco-dentaires, notées dès le premier examen clinique ; enfin, les pathologies risquant d'interférer avec la pratique du chirurgien dentiste.
C'est en possession de tous les éléments du dossier, que le praticien pourra proposer au patient une ou plusieurs solutions thérapeutiques et recueillir son consentement ?

Ces deux séances développent des thèmes abordés dans les référentiels de la Démarche qualité.
Les chirurgiens dentiste présents pourront ensuite se familiariser avec l'outil d'autoévaluation et tester leurs connaissances sur Internet au Pavillon de l'ADF situé au niveau 1 du Palais des Congrès.

- L'asepsie au cabinet dentaire

Sous le label Démarche Qualité, le Congrès de l'ADF propose également aux chirurgiens dentistes de faire le point sur l'asepsie au cabinet dentaire.
Le cabinet dentaire est le lieu de tous les dangers. Dans le même lieu se côtoient des malades dont les pathologies en cours ne sont pas toujours connues du praticien. Afin d'éviter ce risque de contamination directe ou croisée, il paraît simple de dire « que les chirurgiens dentistes prennent les précautions maximales, comme si tout malade était potentiellement contaminant ».
Ces précautions maximales sont-elles faciles à mettre en oeuvre dans le cadre d'un cabinet dentaire généraliste ?
Au cours de la séance consacrée à l'asepsie au cabinet dentaire( séance B39) une équipe de praticiens apportera les solutions concrètes, actuelles et faciles à mettre en oeuvre.

- Sécurité sanitaire et Matériovigilance

Les efforts de la profession pour organiser la traçabilité des produits de santé se poursuivent ; mais l'intégration de la traçabilité dans la pratique libérale est complexe.
Que faut-il tracer en priorité et comment ? Le Congrès de l'ADF organise une matinée sur ce thème pour répondre aux interrogations des chirurgiens dentiste sur Sécurité sanitaire et matériovigilance (séance C68).
Préoccupation constante des praticiens et des consommateurs de soins, ce thème fait l'objet d'un référentiel entrant dans la Démarche Qualité de la profession qui sera présentée au cours de la séance.

- L'accompagnement psychologique:

Le rôle de thérapeute ne se limite pas aux dents, beaucoup de patients, en situation particulièrement difficile de soins, attendent du praticien un véritable accompagnement psychologique.
Une séance très novatrice, Le psy, la dent et le dentiste. Et si on parfait utile ? (séance B54) abordant les thérapies comportementales et cognitives et les techniques d'« affirmation de soi », est proposée cette année. L'objectif : développer les compétences relationnelles du praticien, lui apprendre à motiver, formuler une demande, un refus, répondre à une critique, informer, convaincre, éviter ou gérer des conflits.

Un programme scientifique aussi dense ne pouvait s'achever que par une approche de la notion de temps et de stress.

- Organiser sa vie pour gérer son stress, est-ce vraiment possible ?

Quatre praticiens ayant des types d'exercice totalement différents, vont livrer leur diagnostic et leurs remèdes dans une séance intitulée Gérer son temps, pour gérer son stress (D96). Face à la demande du patient, souvent à sa souffrance, le praticien doit écouter pour entendre et pouvoir recevoir le message : comment vivre cette relation émotionnelle, être juste assez sensible pour être concerné, mais pas trop pour ne pas être « démoli » par ce que cela évoque en nous. La séance se veut largement interactive. Chacun est responsable de la qualité de sa vie... même s'il y a de grandes inégalités.

Il est habituel de lire que l'odontologie a bénéficié du plus grand nombre de progrès profonds dans ces dernières décennies. Il est plus rare de voir souligner que cette transformation des techniques et des protocoles cliniques s'est aussi accompagné d'une modification peut-être plus grande encore des rapports praticiens patients.

Les séances Environnement apportent des réponses pour obtenir une relation efficace avec les patients dont l'objectif est triple : augmenter la satisfaction du patient ; accroître les résultats thérapeutiques ; améliorer le confort du thérapeute.

Source: Docteur Christian Decloquement

 
 
 
imprimer