visuel-presse-communication


Haut

Prothèse fixée



Prothèses partielles, complètes et implantologie
Version : 2001
Auteur : Olivier Hüe

LES DIFFERENTES TECHNIQUES POUR RESTAURER LE SOURIRE


Le terme d'appareil dentaire possède toujours, dans l'esprit des patients, l'image négative de l'appareil qui s'enlève. Devant les progrès réels et incontestables de l'odontologie une question se pose en 2001 : perd-on toujours ses dents ? La réponse est malheureusement oui. Cela demeure une réalité quotidienne à laquelle certains patients se trouvent encore confrontés.

Trois raisons principales à la perte des dents :

Tout d'abord, la négligence due surtout à la peur du dentiste, peur de la douleur qui entraîne le patient dans le cycle classique, carie, destruction importante de la dent par manque de suivi entraînant une extraction.
La mobilité des dents est une deuxième cause qui doit être signalée. La gencive et l'os qui enserrent la dent sont attaqués par des bactéries qui détruisent progressivement ces tissus. La dent devient alors mobile puis douloureuse et le praticien est conduit à l'extraire. La présence des bactéries est provoquée par une mauvaise hygiène, mais aussi par une situation plus spécifique, la maladie parodontale.
La troisième cause est liée à l'allongement de la durée de la vie, les structures dentaires s'usent et se fracturent puis sont extraites.

Dans la mesure où les dents sont perdues, se pose le problème de leur remplacement.

Les thérapeutiques, type couronne ou prothèse scellée, sont de conception classique et offrent au patient un confort indéniable. Par contre, si le nombre de dents absentes est trop important, les appareils dentaires partiels ou complets représentent toujours une proposition thérapeutique excellente. Mais les limites de cette thérapeutique existent : instabilité de la prothèse, confort limité, esthétique quelquefois insuffisante.
Pour répondre à ces insuffisances techniques et esthétiques le praticien peut faire appel à deux techniques.
Tout d'abord les implants qui ont révolutionné, depuis une vingtaine d'année, les possibilités thérapeutiques. La possibilité de placer dans l'os des racines en titane qui s'intègrent et se soudent totalement à l'os permettent de fixer des dents prothétiques sur ces racines artificielles. Les situations cliniques délicates se transforment en succès thérapeutique. Mais si ces solutions existent, si leur succès est indéniable, les échecs demeurent et le patient doit en être tout à fait conscient. Parmi les causes d'échec, le tabac et l'hygiène sont autant de facteurs que l'on retrouve dans tous les problèmes de santé publique.
La deuxième possibilité vise à répondre aux exigences et aux désirs esthétiques exprimés par le patient. Le rétablissement du sourire dépend de la forme, de la teinte des dents antérieures. Il est possible de parfaire la teinte des dents par des techniques de maquillage.
La prothèse adjointe demeure une réalité.

Source: Olivier Hüe

 
 
 
imprimer