visuel-presse-communication


Haut

Endodontie



L'endodontie
Version : 2001
Auteur : Dr Anne Claisse

L'ENDODONTIE : DISCIPLINE "PLURIDISCIPLINAIRE" MAIS CLE DE VOUTE DE L'EDIFICE
NOUVELLES TECHNOLOGIE ET QUALITE EN ENDODONTIE


Il est grand temps aujourd'hui de remiser l'idée que la dent est comme un « clou planté dans une planche ».
La dent et le parodonte, c'est-à-dire ses tissus de soutien, sont deux entités indissociables. Les maladies de l'une peuvent se répercuter sur l'autre, et les traitements appliqués à l'une influencent directement l'autre.

L'endodontie a pour but de traiter les maladies pulpaires et leurs répercussions sur l'environnement radiculaire. Cette discipline, qui traite les canaux radiculaires, c'est-à-dire « les fondations », intervient au début d'un traitement global.
De la pérennité des résultats obtenus dépend la fiabilité à long terme de l'ensemble de l'édifice (couronnes, bridge ... ) qui sera bâti sur ces racines. D'où l'importance et la nécessité de réaliser un bon traitement radiculaire.
Le traitement endodontique est une procédure complexe et les embûches ne manquent pas.

- Les mille et une embûches du traitement endodontique, comment les éviter, comment y remédier ?

Un bon traitement endodontique passe par:
- la connaissance approfondie de l'anatomie dentaire, des obstacles potentiels et de leurs incidences sur le traitement qui incite à adopter des stratégies opératoires précises, permettant souvent de prévenir et de surmonter les difficultés ;
- l'utilisation des nouvelles technologies, tel le localisateur d'apex, le microscope, les instruments nickel-titane et la rotation continue. Autant de moyens mis aujourd'hui à la disposition des chirurgiens-dentistes pour améliorer la qualité des traitements et obtenir des succès prévisibles ;
- l'herméticité des obturations et des reconstitutions, l'un des critères les plus important pour assurer un succès à long terme. Le plus parfait des traitements endodontiques voit en effet son pronostic remis en cause en cas d'exposition prolongée en milieu bactérien. Toutes les voies d'accès coronaires et radiculaires doivent, par conséquence, être étanches ;
- les restaurations conservatrices ou prothétiques doivent être mises en place, le plus rapidement possible, de façon définitive.

Les dents qui bougent, les gencives qui saignent... cela se soigne aussi. Mais la maladie vient-elle de la dent et/ou des tissus environnants ? Là encore, il est capital de comprendre les phénomènes d'échanges, de détecter les voies de communication et de les sceller.
La parodontologie, c'est-à-dire le traitement des tissus de soutien de la dent, peut se mettre au service de l'endodontie pour assurer, de manière complémentaire, le maintien de la dent dans un milieu sain.
C'est encore parce que la dent est une véritable « passoire » que les praticiens sont souvent confrontés à des colorations dentaires disgracieuses. Un choc, une mortification pulpaire, une dévitalisation, un traitement médicamenteux peuvent être à l'origine de la migration de pigments colorés à travers la dent. Les méthodes d'éclaircissements, basées sur des réactions chimiques d'oxydoréductions, apportent des solutions simples aux demandes esthétiques de plus en plus pressantes des patients.
Loin d'être un sur-traitement, le recours à ces techniques pluridisciplinaires simples et applicables demain par tous les praticiens sont le garant d'un traitement global réussi et durable.

Source: Docteur Anne Claisse

 
 
 
imprimer