visuel-presse-communication


Haut

Odontologie conservatrice



L'odontologie restauratrice
Version : 2001
Auteur : Dr Etienne Médioni

QUELLES PRATIQUES POUR UNE ODONTOLOGIE RESTAURATRICE DE QUALITE?


La restauration d'une dent constitue aujourd'hui un acte thérapeutique à part entière : c'est un acte qui va permettre de conserver la dent sur l'arcade, de réparer la perte de substance occasionnée par la carie dentaire le plus souvent dès le début de son diagnostic, rendant à la dent son aspect, sa fonction, son esthétique, tout en préservant sa vitalité.
Les progrès réalisés ces dernières années, en matière de biomatériaux adhésifs, ont révolutionné la pratique quotidienne des chirurgiens-dentistes !

Tout d'abord, dans les principes de traitement de la carie dentaire : les moyens de diagnostics précoces des plus petites lésions carieuses grâce au laser ont permis de développer des traitements précoces et préventifs adaptés tels que les vernis reminéralisants.
Les collages de biomatériaux esthétiques et l'amélioration de leurs performances, de leur fiabilité et la pérennité des résultats permettent une économie des tissus sains, les traitements a minima n'éliminant que les tissus cariés.
Ainsi, l'amalgame, le fameux « plombage », qui continue à rendre de grands services en matière de santé publique, par son faible coût, sa mise en oeuvre facile, et sa durée de vie, risque de devenir peu à peu obsolète, se voyant remplacé par des biomatériaux esthétiques et biologiquement actifs : « les biomatériaux intelligents ».

Les conséquences des restaurations et de l'usage de ces matériaux collés sur la physiopathologie pulpaire, autrement dit sur la vitalité de la dent, ont de même conduit les chercheurs et cliniciens à reconsidérer les principes qui mettaient en jeu des techniques complexes de restauration.
Aujourd'hui, il apparait qu'il faut essentiellement lutter contre l'infiltration bactérienne, et que l'étanchéité de nos restaurations à l'aide de biomatériaux actifs est le but à atteindre.
Les enjeux de l'odontologie restauratrice sont aujourd'hui parfaitement définis, et l'ensemble des séances programmées lors du congrès ADF 2001, permettront aux praticiens d'acquérir ces connaissances, de se former en pratiquant ces nouvelles techniques afin de pouvoir les appliquer dans leur cabinet, et donner ainsi à leurs patients des soins conformes aux données actuelles de la science.

Source: Docteur Etienne Médioni

 
 
 
imprimer