visuel-presse-communication


Haut

Environnement



Prévenir et construire l'avenir
Version : 1996
Auteur : G. Dorignac

Depuis quelques décennies, grâce à la prévention, l'exercice de la profession et la situation de la santé bucco-dentaire en France ont beaucoup évolué ; il n'était pas rare il y a 2 ou 3 générations de voir de jeunes adultes de trente ans édentés et des chirurgiens-dentistes dont une grande part de l'activité consistait à extraire et à remplacer des dents.

Aujourd'hui, grâce à une politique de prévention volontariste de la profession, la santé bucco-dentaire s'est nettement améliorée, et peut même être considérée comme globalement satisfaisante en France.

Ces bons résultats trouvent aussi leur origine dans une formation initiale clinique améliorée, une médicalisation plus forte, un progrès technologique rapide de l'environnement professionnel, une formation continue bien suivie.

Ils trouvent également un appoint non négligeable avec la généralisation de la couverture sociale et la politique conventionnelle qui, en faisant cohabiter distribution de soins libérale et prestations socialisées, auront permis aux patients d'être pris en charge et donc d'avoir accés aux soins.

C'est en ce sens que le thème prévenir et construire l'avenir a été choisi pour le congrès ADF autour d'un fil conducteur "tout acte est la prévention d'un acte plus lourd".


CHAQUE ACTE THERAPEUTIQUE EST UN ACTE DE PREVENTION

L'odontologie a en charge la santé de la cavité buccale.
Celle-ci peut être l'objet de diverses pathologies qui, en majorité, tiennent aux dents et aux tissus qui les entourent. Ces pathologies ont pour caractère commun d'engendrer des destructions irréversibles, c'est-à-dire que les dégâts acquis le sont définitivement.

Exemples: - un os cassé se reconstruit, pas l'émail ni l'ivoire,
- une peau écorchée se réédifie, pas la pulpe dentaire ni le parodonte;
* plus on intervient tôt, moins le dégât est important, (l'idéal étant d'intervenir AVANT).
* moins le dégât est important, plus la thérapeutique est simple.
* plus la thérapeutique est simple, meilleure est sa fiabilité et donc sa pérénnité.

En outre, bien souvent les thérapeutiques passent par l'apport de matèriaux artificiels (amalgames, résines composites, céramique, titane, or, etc...) qui se "marient" plus ou moins bien avec l'organisme vivant. Il est bien évident que "moins on en met et mieux on se porte".

Or, l'aggravation constante des pathologies, en l'absence de traitement, engendre une perte de tissu de plus en plus grande et donc un remplacement de plus en plus conséquent.

Ainsi, un acte thérapeutique, intervenant à un stade donné d'une pathologie, représente, de facto, un acte de prévention par rapport à l'évolution de cette pathologie et de la thérapeutique qu'elle aurait engendrée.

Ce concept fondamental, particulier à l'odontologe au sein des disciplines médicales et chirurgicales, a été choisi comme thème de ce congrès pour déclencher une véritable prise de conscience afin qu'il soit intégré en permanence dans la réflexion du thérapeute.

 
 
 
imprimer