Congrès ADF 2021 - Les dessous du programme scientifique, avec Christian Moussally Congrès ADF 2021 - Les dessous du programme scientifique, avec Christian Moussally

Congrès ADF 2021 - Les dessous du programme scientifique, avec Christian Moussally

Publié le 24 juin 2021.

Cette année, l'ADF a choisi Christian Moussally pour assurer la direction scientifique du prochain congrès. Il revient pour nous sur la construction du programme de cette nouvelle édition et le recrutement des responsables scientifiques de haut-vol qui l’épaulent dans sa mission.

En quoi le programme du congrès 2021 se distingue-t-il de celui des années précédentes ?

Pour la première fois, le programme a été construit autour d’un maître-mot :la transversalité. Les Secrétaires généraux de l’ADF ont volontairement restreint le Comité scientifique à six experts*, contre une dizaine les années précédentes. Chacun a donc dû faire preuve d’une grande ouverture d’esprit pour proposer des séances susceptibles d’intéresser le plus grand nombre. À la clé : un programme très riche et hétéroclite, beaucoup moins centré sur la spécialité mais sur l’omnipratique, c’est-à-dire la vraie vie du praticien qui vient se former au Congrès de l’ADF. Le challenge était de construire le programme le plus attrayant possible, d’autant que les chirurgiens-dentistes n’auront probablement pas l’opportunité d’assister à d’autres événements cette année à cause de la crise sanitaire. 

À la clé : un programme très riche et hétéroclite, beaucoup moins centré sur la spécialité mais sur l’omnipratique, c’est-à-dire la vraie vie du praticien qui vient se former au Congrès de l’ADF.

Pour relever ce défi, l’accent a été mis sur l’innovation, en enrichissant le programme avec des formats de séances plus dynamiques et participatifs, durant lesquels les chirurgiens-dentistes pourront interagir en direct avec les intervenants. Par ailleurs, les thématiques seront à la fois traitées en conférence, en démonstration et en travaux pratiques. On retient beaucoup plus quelque chose qu’on a vu, entendu et ensuite réalisé soi-même ou vu faire, qu’une simple formation théorique magistrale.

* Martine Bonnaure-Mallet, Elisabeth Dursun, Karim Nasr, Régis Nègre, Bernard Schweitz, Gauthier Weisrock

UN COMITÉ SCIENTIFIQUE A ÉTÉ CONSTITUÉ POUR VOUS ÉPAULER DANS LA CONSTRUCTION DU PROGRAMME. COMMENT AVEZ-VOUS CHOISI CES EXPERTS ?

Les experts ont bien entendu été sélectionnés en fonction de leurs compétences mais également en prenant en compte le facteur humain. Bien que passionnantes, les séances de travail sont parfois longues. Elles demandent un investissement conséquent et peuvent être source de stress, d’où l’importance de bien s’entourer. De plus, il fallait identifier des experts capables d’avoir une vision transversale. Et ce n’est pas évident, car ils doivent pouvoir aller au-delà de leur domaine de prédilection, pour imaginer et construire des séances qui parlent à tous les chirurgiens-dentistes. Enfin, ces experts n’avaient pour la plupart jamais participé au Comité scientifique du Congrès. C’était important d’avoir un nouvel éclairage. 

La plupart des experts choisis ont à la fois une approche hospitalo-universitaire et une approche libérale, dans la mesure où ils exercent aussi en ville. Ce sont des approches complémentaires. Et, dans la mesure où le Congrès de l’ADF s’adresse principalement à un public d’omnipraticiens, qui veulent pouvoir appliquer dans leur cabinet en ville ce qu’ils auront appris, il est primordial que les experts et le Comité scientifique soient en phase avec ce type d’exercice. 

SELON VOUS, QU’EST-CE QUI DIFFÉRENCIE LE CONGRÈS DE L’ADF DES AUTRES CONGRÈS ?

Aux yeux de toute la profession, le Congrès de l’ADF c’est le congrès annuel des chirurgiens-dentistes, la référence en France. Un congrès avec une véritable rigueur sur le contenu des formations, des conférences et le choix des intervenants. À partir du moment où l’on accepte la responsabilité d’être Directeur scientifique de cet événement, le défi consiste à être innovant pour inciter les praticiens à y prendre part. C’est notamment ce qui nous a incités à créer ces formats de séances inédits. On dénombre environ 48 000 chirurgiens-dentistes en France et la fréquentation du congrès de l’ADF doit se situer entre 15 et 20 000 praticiens. L’objectif pour l’édition de 2021 c’est de faire aussi bien que les années précédentes… voire mieux ! Je le ressens forcément comme un challenge mais qui est plutôt très agréable à relever !

Ce site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre charte de confidentialité.

En savoir plus Accepter